Une mobilisation des grands jours pour saluer le retour des députés exclus

FacebookTwitterGoogle+

Marche de protestation du FRAC

Une mobilisation des grands jours
pour saluer le retour des députés exclus

L’ambiance était particulière le samedi dernier à l’occasion de la traditionnelle marche de protestation qu’organise le Front Républicain pour l’Alternance et le Changement (FRAC) depuis dix-huit mois. Et pour cause, la Cour de Justice de la CEDEAO venait de condamner l’Etat togolais dans l’affaire qui l’opposait aux neufs députés de l’ANC exclus de l’Assemblée Nationale par une décision rocambolesque de la Cour Constitutionnelle du Togo en violation de la Constitution. Ils étaient donc des dizaines de milliers de Togolais à honorer ce rendez-vous pour célébrer la victoire de l’ANC sur le pouvoir vampirique de Faure Gnassingbé.

Tous habillés aux couleurs de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), ils ont sillonné les principales artères de la capitale au rythme de chants et danses, en lieu et place des slogans hostiles au pouvoir RPT qu’ils ont l’habitude de réciter.

Tout au long des six kilomètres qui mènent de Kondjindji à la « Plage du Changement », le cortège à la tête duquel se trouvait les députés arbitrairement exclus suivis par les principaux responsables du FRAC et de l’ANC dont Jean-Pierre Fabre, Patrick Lawson, Isabelle Améganvi, Emmanuel Kakou, Jean-Claude Codjo, Claude Améganvi, Alphonse Kpogo, Eric Dupuy, a été ovationné par les populations.

A la plage, c’est dans une allégresse non dissimulée que les responsables du FRAC ont célébré cet important événement. Tour à tour, les différents intervenants ont remercié le Tout-puissant pour avoir été aux côtés du parti et des neuf (09) députés depuis leur exclusion du Parlement.

A l’ouverture du meeting, Jean-Claude Codjo Délava, Secrétaire Général de l’ANC a présenté au public les neuf héros du jour. Les honorables Manty Koami, Thomas Atakpamey, Isabelle Améganvi, Atikpa Akakpo, Ketoglo Yao Victor, Bruce Ahlin, Patrick Lawson, Jean-Pierre Fabre, montés au podium, ont été acclamés par la foule en liesse. C’est alors que l’honorable Patrick Lawson, 1er Vice-président de l’ANC, le porte-parole de ses camarades, a rendu grâce au Très-haut pour son soutien. Il a souligné que le 10 octobre prochain, l’ANC va souffler sa première bougie. La victoire de Porto-Novo, estime-t-il, est le cadeau d’anniversaire de Dieu pour le parti. « On obtient toujours gain de cause lorsqu’on lutte avec détermination. Ceux qui disent une chose le matin et le contraire le soir, perdent toujours la face », a dit le 1er Vice président de l’ANC qui a expliqué à l’assistance les raisons qui ont motivé le parti à envoyer des lettres de protestation aux présidents de l’Assemblée Nationale et de la Cour constitutionnelle et à certaines institutions de la place, immédiatement après l’exclusion des députés du Parlement. « C’est parce que nous savions que nous allions saisir les juridictions internationales et il nous fallait des traces », a-t-il révélé.

Il a également parlé de la décision de la Cour de Justice de la CEDEAO qui condamne l’Etat togolais à réintégrer les neuf députés et à verser à chacun d’eux, à titre de dommages intérêts, trois (03) millions de francs CFA. « Nous n’aimons ni la tricherie ni l’usurpation, nous ne les pratiquons pas. Mais si quelqu’un croit que c’est une faiblesse de notre part et tente de nous voler, il nous trouvera sur son chemin », a martelé Patrick Lawson qui a rendu un vibrant hommage aux militants de l’ANC et à toute la population togolaise qui n’a ménagé aucun effort lorsque les députés étaient dans l’épreuve.

La 2ème Vice-présidente de l’ANC, Isabelle Améganvi, qui est montée ensuite sur le podium s’est contentée de rendre grâce à Dieu pour son soutien et de remercier tous ceux qui ont soutenu les neuf députés. La député de Kloto a aussi remercié Aboudou Assouma, Abass Bonfoh, Gilchrist Olympio et le RPT pour avoir pris l’initiative de violer les principes internationalement reconnus et défendus. « Leur acte a permis aux Togolais de savoir que l’arbitraire et les violations n’ont plus droit de cité au Togo. Les Togolais savent désormais qu’ils ont d’autres voies de recours lorsque leurs droits seront violés ». Les mêmes remerciements sont allés aux partis politiques qui ont eu à qualifier l’exclusion des neuf députés de l’ANC de « fait divers ». Selon Me Isabelle Améganvi, « tous ceux-là ont contribué à donner du courage et de la force au parti pour aller au bout de sa lutte et remporter la victoire. »

Jean-Pierre Fabre, Président de l’ANC qui a mis fin au meeting au tour de 16h30mn, a lui aussi remercié Dieu et les populations togolaises avant d’aborder la problématique de la participation de l’ANC aux travaux du CPDC : « Ceux qui sont en train de parler au CPDC n’ont aucune légitimité. On ne peut dialoguer qu’avec les représentants du peuple et non avec des personnes qu’on coopte ici et là et qui n’ont aucune légitimité. Les représentants du peuple sont ceux qui sont élus par le peuple et qui siègent en son nom au Parlement », a expliqué Jean-Pierre Fabre. Pour lui il n’est pas question pour l’ANC de participer à ce dialogue. Les partis politiques alliés de l’ANC notamment l’ADDI, le PSR, le Parti des Travailleurs également présents à ce meeting ont salué le sérieux du travail accompli par les juges de la Cour de la CEDEAO et invité le peuple à la mobilisation en vue de l’installation des députés abusivement exclus dans l’hémicycle.

Olivier GLAKPE
Le Correcteur N° 291 du 10 Octobre 2011

Autres articles pouvant également vous intéresser: