SOS JOURNALISTES EN DANGER dénonce un complot d’élimination physique de journalistes

FacebookTwitterGoogle+

SOS JOURNALISTES EN DANGER dénonce un complot d’élimination physique de journalistes

 

Encore des menaces sur des journalistes au Togo. On savait depuis quelques mois qu’une partie de la presse privée togolaise jugée critique était dans le viseur de certaines personnes au cœur du pouvoir de Faure Gnassingbé. SOS Journaliste en Danger dit avoir recueilli depuis quelques jours, des informations persistantes et particulièrement alarmantes sur un complot en cours d’échafaudage à l’Agence Nationale de Renseignement du Col Yotrofei Massina pour éliminer physiquement plusieurs de ses membres. SOS Journaliste en Danger, à travers ce communiqué, tout en se mobilisant pour faire échec audit plan, veut prendre l’opinion nationale et internationale à témoin.

Depuis un moment, des alertes de sources anonymes parviennent aux responsables de SOS Journalistes en Danger, alléguant des complots visant à porter atteinte à l’intégrité physique de certains journalistes, jugés critiques vis-à-vis du pouvoir de Faure Gnassingbé. Ces alertes ont particulièrement et curieusement été insistantes et persistantes dans la journée du jeudi, le 21 juillet 2011.

Ces allégations ont été confirmées dans la même journée, par une lettre signée d’« un agent de la gendarmerie travaillant à l’ANR » alléguant des informations concordantes avec celles reçues de sources anonymes par les responsables de SOS Journalistes en Danger.

Il est curieux de relever que ces informations citent l’Agence Nationale de Renseignement (ANR), comme étant le service où s’élaboreraient les complots visant à porter atteinte à l’intégrité physique des journalistes, notamment par les moyens « d’accidents déguisés », les « empoisonnements », des « affaires montées de toutes pièces » et ce, avec la complicité de certains confrères.

SOS Journaliste en Danger rappelle à cet égard, que notre confrère Yékini Radji, journaliste à «Golfe Info », qui enquêtait dans un dossier sensible, a été fauché dans la circulation par une voiture dans des circonstances restées non élucidées à ce jour et en est décédé peu après.

Placée sous la responsabilité du Chef de l’Etat, l’ANR dirigée par le Colonel Yotroféï MASSINA est actuellement au centre de graves accusations de tortures où des personnes sont détenues au secret sans droit de visite, en violation de la législation nationale et de tous les instruments relatifs aux droits de l’Homme. Ce qui bien évidemment en rajoute aux curiosités que suscitent les alertes qui nous parviennent.

SOS Journaliste en Danger tient à informer les plus hautes autorités du pays, particulièrement celles en charge de la sécurité et du respect des droits de l’Homme, de la récurrence de ces alertes pas du tout rassurantes qui parviennent à ses responsables dans ce contexte de répressions systématiques des manifestations de protestations, d’allégations de tortures pratiquées à l’ANR sur les détenus ainsi que de rafles policières qui créent un climat de malaise sociopolitique et de terreur dans le pays.

SOS Journaliste en Danger lance un appel aux Organisations de presse, aux Organisations de Défense des Droits de l’Homme, aux Syndicats, aux Partis politiques ainsi qu’à toute la population, à s’organiser pour combattre tout péril visant à remettre en cause la liberté de presse chèrement acquise au Togo.

SOS Journaliste en Danger convie les journalistes à ne céder à aucune stratégie de terreur et les exhorte à œuvrer pour un journalisme engagé en faveur de la bonne gouvernance, du respect des droits civils et politiques, des droits socio-économiques et d’un réel processus démocratique, seuls gages de la stabilité politique et de la paix sociale au Togo.

SOS Journaliste en Danger invite le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé à veiller particulièrement à la préservation de l’intégrité physique des professionnels de l’information et de la communication au Togo.

SOS Journaliste en Danger invite les journalistes au respect des règles et normes de la profession.

Le Président

Ferdinand Mensah AYITE

L’Alternative N° 89 du 26 juillet 2011

Autres articles pouvant également vous intéresser: