Marche FRAC du 04 mars : le résumé

FacebookTwitterGoogle+

Un an après les élections présidentielles du 04 mars 2010 les mouvements de contestation ne faiblissent pas.

Ce samedi 05 mars 2011 ils étaient encore plus de cinquante mille Togolaises et Togolais, à marcher dans les rues de Lomé pour montrer leur hostilité au régime RPT et revendiquer la victoire du Président élu Jean-Pierre FABRE.

Comme chaque samedi depuis un an, les manifestants se sont regroupés tôt ce jour à Kodjindji, point de départ des manifestations du FRAC, pour montrer au monde entier que le vrai Président du Togo n’est nul autre que Jean-Pierre FABRE surnommé « OBAMA » par les femmes de différents marchés de Lomé. En bon leader, le Président FABRE a pris la tête de la marche avec à ses cotés les Présidents et représentants des autres Paris et association qui composent le FRAC.

« Un an de contestation, c’est du jamais vu !», scandait la foule qui, il faut le souligner, était restée digne et disciplinée malgré les tentatives d’infiltration par des miliciens du RPT.

Soleil tapant, routes barrées et cordons policiers n’ont pas suffit pour décourager les militants et sympathisants du FRAC qui aspirent au changement. Hommes, femmes et enfants, en majorité aux couleurs de l’ANC, ont chanté et dansé pour dénoncer l’illégitimité de Faure GNASSINGBE.

De Kodjindji à la plage, les manifestants, à travers leurs slogans, ont réaffirmé leur désir de voir la fin de ce régime dictatorial qui les conduit de jour en jour dans l’abime.

  • marche-frac-20110304-1

    marche-frac-20110304-1

  • marche-frac-20110304-2

    marche-frac-20110304-2

  • marche-frac-20110304-3

    marche-frac-20110304-3

  • marche-frac-20110304-4

    marche-frac-20110304-4

  • marche-frac-20110304-5

    marche-frac-20110304-5

  • marche-frac-20110304-6

    marche-frac-20110304-6

  • marche-frac-20110304-7

    marche-frac-20110304-7

  • marche-frac-20110304-8

    marche-frac-20110304-8

Arrivés à la plage aux environs de 13h, les manifestants ont suivi avec attention les interventions de leurs leaders. Prenant en premier la parole, la représentante des revendeuses du marché de NUKAFU, Mme Susanne NUKAFU a exprimé sa gratitude au Président Jean-Pierre FABRE et l’a assuré du soutien de toutes les femmes du marché de son quartier. Elle a, entre outre, déclaré que depuis la visite du Président, les miliciens du PRT menacent de saccager et incendier sa boutique. Elle a terminé son intervention en confiant : « même s’ils détruisaient ma boutique, ils ne détruiront jamais mon amour pour l’ANC ».

Maître Isabelle AMEGANVI, pour sa part, a évoqué les raisons pour lesquelles l’ANC n’a pas répondu favorablement à l’invitation au dialogue du pouvoir RPT. Toutes les décisions de l’ANC, a-t-elle précisé, sont prises par consensus et de manière collégiale. Les préalables de l’ANC peuvent se résumer en peu de mots « le respect des lois de la Républiques » a-t-elle confié avant de poursuivre : « Tant que les autorités de ce pays ne respecteront pas les lois de la République, il n’aura pas de dialogue ». Evoquant le cas Kpatcha GNASSINGBE , Isabelle AMEGANVI a déclaré que : « même les criminels ont des droits » avant d’ajouter qu’elle n’oublie par pour autant les souffrances que cet homme a fait endurer aux populations togolaises.

De son côté le Président du Pacte Socialiste pour le Renouveau (PSR), Maître Abbi TCHESSA, a salué le peuple libyen en lutte pour sa liberté. Il a également salué la maturité politique des béninois qui, en toute transparence, ont repoussé la date de l’élection présidentielle afin de régler les problèmes liés au fichier électoral. « Une bonne leçon donnée aux autorités togolaises »a-t-il souligné.

Maître Abbi TCHESSA s’est félicité du refus de l’ANC de dialoguer avec le pouvoir RPT tant que les préalables posés ne seront pas respectés. « Si les préalables ne sont pas respectés, pas de dialogue. Ils n’ont qu’à se rabattre sur leurs amis qui sont prêts à dialoguer sans condition .L’opposition est très mature et ne tombera plus dans les pièges du RPT», a-t-il ajouté.

Pour le Président du PSR, les Togolais n’avaient pas su saisir le vent de la démocratisation venant de l’Est. Mais il est persuadé, a-t-il confié, que cette fois-ci, les Togolais ne louperont pas le vent qui vient du Maghreb.

Pour Claude AMEGANVI, Secrétaire Général du Parti des Travailleurs, il sera absurde de dialoguer avec un pouvoir en perte de vitesse. Il a proposé aux responsables du FRAC de commencer les manifestations quotidiennes dès jeudi 10 mars 2011. Cette requête a été accueillie par une ovation accompagnée de : « Faure GNASSINGBE dégage. Faure GNASSINGBE démission ».

Prenant la parole sous des applaudissements nourris, le Président élu Jean-Pierre FABRE a remercié les femmes des marchés qui l’avaient très chaleureusement accueilli les jeudi et vendredi derniers.

Jean-Pierre FABRE a ensuite dénoncé l’adoption, en conseil des ministres du 03 mars 2011, d’une loi liberticide visant à limiter voire interdire les meetings et manifestations au Togo. « Nous n’allons pas accepter qu’un fraudeur d’élections nous impose ses désidérata » a-t-il déclaré avant de lancer un appel aux populations togolaises pour faire obstacle avec détermination à toute mesure anti démocratique de la part du régime dictatorial RPT.

Le Président National de l’ANC a poursuivi son allocution en dénonçant et en condamnant ce qu’on peut appeler l’affaire Gozan. Il a rappelé comment le ministre du commerce Kokou GOZAN , sur instruction personnelle du chef de l’Etat, a confié le monopole des importations d’aliments de premières nécessités tels que le riz, l’huile et le sucre à l’une des nombreuses maitresses de Faure Gnassingbé. L’indignation et la désapprobation générale ont conduit au limogeage du ministre zélé. Pour le Leader du FRAC, c’est cette pratique qui a entrainé la faillite de bon nombre de sociétés d’Etat.

En réponse à la proposition de Claude AMEGANVI, Jean-Pierre FABRE a répondu que le droit aux manifestations est un droit constitutionnel et que le peuple Togolais peut manifester tous les jours de la semaine s’il le souhaite. En ce qui concerne le démarrage des manifestations quotidiennes à partir du jeudi 10 mars, le Président National de l’ANC a confié que les leaders du FRAC vont se prononcer sur cette proposition à l’issue de leur réunion hebdomadaire.

A la fin du meeting, répondant aux questions des journalistes, le Président FABRE a vivement conseillé au régime RPT de retirer ce projet de loi pour ne pas provoquer la colère du peuple.

Autres articles pouvant également vous intéresser: