Marche de protestation hebdomadaire du FRAC – le 19 février 2011

FacebookTwitterGoogle+

Marche de protestation hebdomadaire du FRAC

Samedi 19 février 2011

Pour une fois encore, depuis bientôt un an, c’est par dizaines de milliers que les populations de Lomé et environs ont répondu massivement, ce samedi 19 février 2011, à l’appel du Front Républicain pour l’Alternance et le Changement FRAC pour dénoncer les holdups électoraux systématiques et pour exiger le rétablissement dans leur droit, des neuf (09) députés de l’ANC arbitrairement exclus de l’Assemblée Nationale.

  • marche20110219-01

    marche20110219-01

  • marche20110219-02

    marche20110219-02

  • marche20110219-03

    marche20110219-03

  • marche20110219-04

    marche20110219-04

  • marche20110219-05

    marche20110219-05

  • marche20110219-06

    marche20110219-06

  • marche20110219-07

    marche20110219-07

  • marche20110219-08

    marche20110219-08

  • marche20110219-09

    marche20110219-09

Selon plusieurs témoignages des individus munis de machettes, de couteaux, de gourdins etc, se sont rendus, très tôt le matin, à Kondjindji, point de départ habituel des manifestations hebdomadaires du FRAC, avant d’aller s’installer à la plage, lieu des meetings qui closent les marches de protestation. Cette information a été très vite confirmée par les militants du FRAC. Il s’agit bien de milices du RPT, de sinistre mémoire, décidées à empêcher par la violence, les manifestations du FRAC. Les forces de sécurités sont prévenues et mises devant leur responsabilité par les responsables du FRAC.

Malgré la gravité de la situation, c’est en chantant et en scandant « Faure GNASSINGBE démission, Faure GNASSINGBE dégage !!! » que les populations de Lomé, sous un soleil accablant, ont parcouru les quelques rues encore praticables dans la capitale togolaise pour se rendre à la plage.

Au cours de la marche, des tracts invitant « Faure Gnassingbé à démissionner », ont été distribués par un groupe d’individus. Pour n’avoir pas été informé, le service d’information et de sécurité  du FRAC a très rapidement mis un terme à cette distribution.

Arrivée, en tête de la marche, à la plage vers 13h, les leaders du FRAC sont tour à tour revenus sur les derniers développements de l’actualité politique au Togo. Prenant la parole, la deuxième Vice Présidente de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), Me Isabelle AMEGANVI, a dénoncé et condamné avec vigueur, l’utilisation de miliciens par le pouvoir RPT pour intimider, menacer et assassiner les populations aux mains nues. Elle a appelé ces jeunes à la solde du RPT, payée pour commettre des crimes odieux, à rejoindre le peuple pour obtenir la fin de ce régime qui a ruiné l’avenir de notre jeunesse, détruit notre pays et réduit tout le peuple togolais en esclavage.

De son coté, le Secrétaire Générale de l’ADDI, Alphonse KPOGO, a salué les qualités du Président National de l’ANC, Jean Pierre FABRE, notamment celle de rassembleur. Il est, a-t-il poursuivi, le Leader incontesté de l’opposition Togolaise.

Le Pacte Socialiste pour le Renouveau (PSR) de Me Abbi TCHESSA s’est exprimé par la voix  de Bodé TCHAKOROM qui a été très longuement a applaudi par les manifestants pour sa détermination et sa foi en la victoire prochaine du peuple togolais. Bodé TCHAKOROM a demandé aux Togolais de prendre leur destin en main et de rester mobilisés derrière le Leader du FRAC, Jean Pierre FABRE. « Les Togolais n’ont pas raison de douter de la victoire qui se profile à l’horizon. Ce qui se passe dans le Maghreb doit arriver incessamment au Togo » a-t-il ajouté.

Très attendue, l’intervention de Jean Pierre FABRE, Président National de l’ANC et Leader du FRAC, a été suivie et appréciée par les milliers de manifestants présents à la plage. Après avoir saluer et remercier les femmes des marchés de Lomé, Jean-Pierre FABRE a rappeler le rôle très important que les femmes togolaises ont joué dans la lutte pour l’indépendance et leur contribution au développement économique de notre pays. Il a invité les femmes à rejoindre le FRAC pour libérer le Togo de la dictature et de l’Etat de non droit.

Intervenant sur les questions d’actualités, Jean-Pierre FABRE a déploré le décès de deux (02) jeunes ouvriers sur le chantier du projet PAZOL et condamné la pagaille, l’opacité  et la légèreté avec laquelle les travaux publics sont exécutés dans le pays, en l’absence totale de mesures de sécurité pour les ouvriers et les citoyens.

Concernant les marches en semaine voire quotidiennes, le Leader du FRAC a demandé aux Togolais d’être patients « rien ne se fait dans l’improvisation ».

Pour terminer, le Leader du FRAC a invité les manifestants à soutenir massivement le concert organisé, dans l’après –midi, par SOS Journalistes en Dangers et Journalistes pour les Droits de l’Homme (JDHo), sur le terrain des cheminots, pour exiger la réouverture des radios X-Solaire, Métropolis et La Providence ainsi que l’arrêt des procès contre les journaux Golf Info et Tribune d’Afrique.

Interrogé, après la marche, sur la distribution des tracts, le Premier vice-président de l’ANC, M. Patrick Lawson, a estimé que « quand on veut aller loin il faut savoir d’où on vient et où on va, pour mieux se préparer ». « La distribution de tracts au cours de la marche pouvait servir d’alibis aux milices du pouvoir pour commettre des forfaits contre les militants… Nous savons ce que le peuple veut et nous avons le devoir de le protéger…. Chaque chose se  ferra en son temps et avec détermination..», a-t-il ajouté.

Autres articles pouvant également vous intéresser: