Louis Michel, ce « Blanc » qui prend les Togolais pour des idiots

FacebookTwitterGoogle+

 

Le FDF, un parti issu de la scission de la coalition MR à laquelle appartient Louis Michel a créé son groupe parlementaire à l’Assemblée nationale belge

La 22e session parlementaire paritaire ACP/UE tenue dans notre capitale a clos ses portes il y a quarante-huit (48) heures. Ont été au menu, entre autres sujets, la question de la dette des pays en développement, la situation humanitaire dans la Corne de l’Afrique, les éventuelles conséquences du printemps arabe sur l’Afrique subsaharienne. En somme des sujets peu ou prou importants, mais la rencontre a été occultée par un homme, mieux, par ses conn… Lui, c’est Louis Michel, ancien Commissaire européen au développement et à l’action humanitaire, Coprésident de l’Assemblée parlementaire ACP/UE.

La sortie malheureuse

Louis Michel a heurté des susceptibilités en louant l’exclusion le 22 novembre 2010 des neuf (09) députés de l’Assemblée nationale, pourtant condamnée par l’Union interparlementaire lors de sa 133e session d’avril 2011, et la Cour de justice de la Cédéao par l’arrêt rendu le 7 octobre dernier. « Moi ce qui m’étonne dans ce sujet, et là je ne vais pas prendre la défense de personne en disant cela, c’est que dans le fond on rejette la responsabilité de cette situation sur soit le président, soit la majorité parlementaire. Vous m’excuserez, mais si je ne m’abuse, ces neuf députés ont eu un problème avec leur parti avec lequel ils ont été élus. Ils ont été élus sur des listes Ufc. A un moment donné, ils ont fait dissidence. L’Ufc a fait valoir des lettres de démission qu’ils avaient signées préalablement », a dardé Louis Michel, avant de lâcher : « Qu’a dit la CEDEAO ? Ils devraient être indemnisés. Elle n’a rien dit d’autre. Elle n’a pas par exemple dit qu’ils devraient être réintégrés…La Cour de justice de la CEDEAO n’a jamais exigé la réintégration des députés, elle a seulement demandé de leur payer la somme de trois (3) millions F CFA ». En clair, pour le Belge, tant que Jean-Pierre Fabre et compagnie se sont retrouvés en rupture de banc avec l’Union des forces de changement (Ufc), le parti au nom duquel ils ont brigué les postes de députés en octobre 2007, ils doivent être démis de leur mandat parlementaire ; leur exclusion de l’Assemblée nationale est donc légitime, et pas question qu’ils soient réintégrés.

Les faibles d’esprit pouvaient être tentés de se laisser persuader par cet argumentaire, vu la carrure de l’homme en face, et penser que c’est comme cela que les choses se passent aussi dans sa Belgique natale. Mais, ironie du sort, le Parlement belge a aussi connu en octobre passé un pareil problème de dissension interne, mais cela n’a pas abouti à l’exclusion des députés concernés.

Un cas similaire au Parlement belge…et au parti de Louis Michel

En effet en farfouillant sur le net, nous sommes tombés sur un article intitulé «Le FDF privé de groupe parlementaire à Bruxelles » sur le site internet « rtl.be ». Que dit l’article ? Il s’agit en fait des difficultés que connaît ce parti, le FDF (Fédéralistes Démocrates Francophones) dans ses démarches pour créer un groupe parlementaire au Parlement belge, à la suite de la scission du Mouvement Réformateur (MR), le cartel politique auquel appartient ce parti, qui a vingt-quatre (24) députés au Parlement, à raison de treize (13) Libéraux et onze (11) FDF.

Pour ce faire, le règlement de l’Assemblée devait être modifié par une majorité dans les deux groupes linguistiques, Français et Néerlandais, et la séance du 17 octobre dernier y était consacrée. Les partis francophones étaient consentants pour approuver la modification ; mais du côté flamand, un parti s’y est opposé et a juste annoncé qu’il s’abstiendrait de voter. Il s’agit du SP.A, (Socialistische Partij Anders, un parti politique flamand, né de la scission du Parti socialiste belge en 1978. Il est membre du Parti socialiste européen et de l’Internationale socialiste et son président actuel est Bruno Tobback). Mais finalement il n’y eut pas de consensus et le vote n’a pas eu lieu ce jour. Ce qui scandalisa les membres du FDF, qui y ont vu une « faillite du modèle bruxellois », « un coup de force antidémocratique » pour le patron des FDF Didier Gosuin. Mais 48 heures plus tard, après des consultations, le consensus a été obtenu et le FDF a été accepté comme groupe parlementaire à part entière. Le SP.A s’est juste abstenu de voter.

Vous vous en doutez certainement, le Mouvement Réformateur dont s’est séparé le FDF pour créer son propre groupe parlementaire, c’est le parti d’un certain…Louis Michel. Il en était même le président de 1982 à 1989, et de 1995 à 1999. Autre rappel, les FDF qui créaient donc leur propre groupe le 19 octobre dernier s’étaient présentés et étaient élus en 2009 sur des listes MR ! C’est scandalisant que Louis Michel vienne s’illustrer de la sorte comme il l’a fait au cours de son séjour, dites-vous ?

Vérité en-deçà des Pyrénées…

On l’aura donc constaté, la séparation des FDF du MR n’a pas été fatal à leurs députés au Parlement belge. Ils n’ont pas été exclus du Parlement au motif que c’est sur les listes MR qu’ils s’étaient présentés en 2009. L’idée n’a même pas effleuré les esprits. En plus de n’être pas chassés, ils ont même créé un groupe parlementaire baptisé FDF qui a été accepté et voté par les autres groupes. L’actuel président du MR, Charles Michel n’a pas saisi le président du Parlement pour lui demander de démettre les 11 députés FDF de leur mandat, comme l’a fait Gilchrist Olympio au Togo. Certainement parce que ce ne serait pas civilisé, et cela ferait scandale. Malheureusement c’est ce que soutient Louis Michel au Togo. Et le comble, après une décision de l’Union interparlementaire et un arrêt de la Cour de Justice de la Cédéao condamnant cette exclusion des députés ANC.

Il faut l’avouer, le monsieur doit prendre le peuple togolais pour une bande d’idiots pour oser faire de telles déclarations dans le cas de l’ANC, illustrant fort bien l’attitude d’un colon : condescendant, sans scrupule, juste pour ses intérêts. Voici les liens où nous avons puisé nos informations : http://www.rtl.be/info/belgique/politique/830693/le-fdf-prive-de-groupe-parlementaire-a-bruxelles;

http://www.lesoir.be/actualite/belgique/elections_2010/2011-10-19/le-groupe-fdf-reconnu-au-parlement-bruxellois-871058.php;

http://www.levif.be/info/actualite/belgique/le-fdf-est-reconnu-comme-groupe-parlementaire/article-1195119850339.htm.

Un tour permettra aux lecteurs de se rendre compte de l’originalité de nos informations.

Tino Kosi

Liberté N° 1101 du vendredi 25 novembre 2011

 

Autres articles pouvant également vous intéresser: