Le CST veut obtenir un scrutin uninominal majortaire à deux tours et la limitation du mandat présidentiel

FacebookTwitterGoogle+

MEETING D’INFORMATION SUR LES REFORMES POLITIQUES EN COURS :

Le CST veut obtenir un scrutin uninominal majortaire à deux tours et la limitation du mandat présidentiel

 

Les responsables du Collectif « Sauvons le Togo » ont animé ce dimanche 25 mai 201,  un grand meeting à Bè-kondjindji pour éclairer les populations sur les discussions politiques en cours.

Le Secrétaire Général d’ADDI, Alphonse KPOGO,  qui prend part au dialogue, a fait le point en ces termes,  sur les travaux de la semaine écoulée : « les discussions n’ont pas avancé au cours de la première semaine car nous avons perdu plus de quatre jours pour nous accorder sur le principe d’un médiateur, puis son choix.  Nous pensons que les choses iront relativement vite dès la semaine prochaine.».  Abordant la question du  bureau provisoire que son parti a présidé,  Alphonse KPOGO a déclaré : « on ne peut pas être juge et parti, c’est pourquoi nous nous sommes battus pour trouver ce médiateur en la personne de Mgr Nicodème BARRIGAH ».  Il a enfin convié tous les Togolais à une communion de prière pour que ce énième dialogue permette de libérer définitivement notre pays, le Togo.

Après ce compte rendu, la possibilité a été offerte à l’assistance de poser des questions sur le dialogue.   Les questions, pour leur grande majorité, concernent  la limitation de mandat, le  scrutin uninominal à deux tours, l’organisation des locales cette année et l’affaire des incendies qui refait surface  depuis mercredi dernier.

Tour à tour les responsables ont expliqué l’absolu nécessité de faire aboutir cette réforme et ont rappelé que c’est seulement quand ces points trouveront solution qu’on peut dire que le dialogue a réussi.

Répondant à l’une des questions, le Président du MRC, Frédéric Abass KABOUA a précisé que le CST fait confiance à Mgr Nicodème BARRIGAH qui, dans le cadre de la CVJR a fait un travail de grande qualité. Malheureusement, la mise  en œuvre  des recommandations de la CVJR est restée sans suite à cause de la mauvaise bien connue de Faure GNSSINGBE.

Pour le Secrétaire National du PSR,le  Professeur Komi WOLLOU, « La mise en œuvre des recommandations issues du dialogue en cours, reviendra au peuple togolais, seul détenteur du véritable pouvoir. Si le régime continue d’opprimer, c’est parce que les Togolais continuent de dormir sinon une manifestation populaire de trois jours à peine pourra faire partir ce régime  cinquantenaire.  Il  appartient donc  au chef de l’Etat de se ménager une  sortie honorable. ».

Prenant à son tour la parole,  le Coordinateur du CST,  Me Zeus AJAVON, a indiqué qu’il était  temps pour que le régime RPT/UNIR  reconnaisse ses limites dans la gestion  des affaires publiques au lieu d’inventer des histoires saugrenues pour  décapiter l’opposition et se maintenir indéfinitivement au pouvoir.

Revenant sur la volonté farouche du RPT/UNIR d’envoyer les leaders du CST devant la Cour d’assises,  Me Zeus AJAVON a déclaré que Faure Gnassingbé et ses amis veulent s’amuser avec le feu. Puis il a précisé : « dans un Etat qui se respecte, le juge d’instruction ne peut jamais penser clore un dossier à ce stade, car beaucoup de choses lui restent à faire. Il ne le sait peut-être pas.  Pourtant, nous le lui avons rappelé à maintes reprises. Puisque le juge d’instruction et le Procureur de la République sont en missions commandées, ils veulent faire du forcing. Je dis que cette fois-ci, c’est fini avec les procès selon la tête du justiciable. Nous sommes prêts et nous n’irons nulle part pour un quelconque examen psychiatrique. Parce que dans notre rapport d’enquête, nous avons dénoncé des personnalités qui à nos yeux sont  les vrais auteurs de ces crimes odieux. Il s’agit bien là d’une dénonciation criminelle en vertu de l’article 150 du code pénal. Pourtant, jamais  ces personnes n’ont été entendues. Dans un Etat voyou comme le nôtre, les enquêtes se mènent seulement à charge, jamais à décharge. Sinon un vrai Procureur de la République devrait saisir le juge d’instruction pour approfondir le dossier. Dans quel pays les complices sont jugés alors que les vrais coupables connus de tous sont libres de leurs mouvements ? ». Me Zeus AJAVON a conclu en invitant Faure Gnassingbé à   respecter l’opposition pour la paix sociale.

Rebondissant sur les inquiétudes des populations, le Coordinateur  du CST a répondu que le peuple togolais retournera aux fondamentaux de la constitution de 1992 et qu’il n’y a là rien à négocier. « Heureusement que tout  concourt à arrêter Faure GNASSINGBE  dans ses ambitions. Le CPDC, le CPDC rénové, la CVJR et les recommandations du comité interparlementaire de l’UEMOA exigent deux mandats dans l’espace UEMOA », a- t-il rappelé.

Sur la question de l’union de l’opposition face à l’adversaire commun qui est le régime RPT/UNIR, le Coordinateur a déclaré que le CST rencontrera la coalition Arc-en-ciel le mercredi  prochain pour accorder leur violon avant d’aborder les questions de fond dans la salle de discussion

Le Président de l’Alliance Nationale pour le Changement(ANC), Jean-Pierre FABRE, a pour sa part appelé les parties prenantes au dialogue à la vigilance car le régime RPT/UNIR est un habitué du dilatoire et du mensonge. Puis il a précisé que c’est même système qui régente notre pays,  de père en fils depuis bientôt cinquante années. Pour preuve, Jean-Pierre FABRE a fait remarquer c’est par les mêmes procédés  qu’EYADEMA  avait fait supprimer l’article qui empêchait un militaire d’être  candidat aux élections. Le fils veut utiliser les méthodes pour rayer d’un coup de crayon les deux mandats qu’il est en train de terminer. «  Non ! Nous ne ferons aucune concession qui violer  l’aspiration profonde du peuple togolais. En effet, le peuple aspire à l’alternance politique depuis 1990.  Il est donc temps que ces messieurs comprennent qu’ils ont démontré leurs limites et qu’il faut d’autres Togolais pour le redressement et le développement de notre pays. », a précisé le Chef de file de l’opposition.

S’adressant aux forces de l’ordre, le Président National a déclaré que cette lutte est également pour elles  et qu’ils ont tout à gagner, car un Togo redevenu normal appartiendra à tous le Togolais.

  • cst-meeting-25-mai-2014-01

    cst-meeting-25-mai-2014-01

  • cst-meeting-25-mai-2014-02

    cst-meeting-25-mai-2014-02

  • cst-meeting-25-mai-2014-03

    cst-meeting-25-mai-2014-03

  • cst-meeting-25-mai-2014-04

    cst-meeting-25-mai-2014-04

  • cst-meeting-25-mai-2014-05

    cst-meeting-25-mai-2014-05

  • cst-meeting-25-mai-2014-06

    cst-meeting-25-mai-2014-06

  • cst-meeting-25-mai-2014-07

    cst-meeting-25-mai-2014-07

  • cst-meeting-25-mai-2014-08

    cst-meeting-25-mai-2014-08

  • cst-meeting-25-mai-2014-09

    cst-meeting-25-mai-2014-09

  • cst-meeting-25-mai-2014-10

    cst-meeting-25-mai-2014-10

  • cst-meeting-25-mai-2014-11

    cst-meeting-25-mai-2014-11

  • cst-meeting-25-mai-2014-12

    cst-meeting-25-mai-2014-12

  • cst-meeting-25-mai-2014-13

    cst-meeting-25-mai-2014-13

  • cst-meeting-25-mai-2014-14

    cst-meeting-25-mai-2014-14

  • cst-meeting-25-mai-2014-15

    cst-meeting-25-mai-2014-15

  • cst-meeting-25-mai-2014-16

    cst-meeting-25-mai-2014-16

  • cst-meeting-25-mai-2014-19

    cst-meeting-25-mai-2014-19

  • cst-meeting-25-mai-2014-17

    cst-meeting-25-mai-2014-17

  • cst-meeting-25-mai-2014-18

    cst-meeting-25-mai-2014-18

  • cst-meeting-25-mai-2014-20

    cst-meeting-25-mai-2014-20

Autres articles pouvant également vous intéresser: