Le CST demande à Faure GNASSIGBE d’ouvrir les discussions sur les réformes

FacebookTwitterGoogle+

cst

   

 Le CST  demande à Faure GNASSIGBE d’ouvrir les discussions sur les réformes

Le Collectif Sauvons le Togo a tenu une conférence de presse  aujourd’hui 25 février 2014 à Brotherhomé à Lomé.

 

Dans une déclaration liminaire lue par Abass Frédéric Kaboua, les responsables du CST, ont  remercié  tous ceux qui ont œuvré pour la libération du Commandant Olivier Amah Poko, le vendredi 14 février 2014. Ils demandent par ailleurs au Chef de l’Etat, Faure GNASSINGBE, de respecter la parole donnée lors des discussions précédant les élections législatives du 25 juillet 2013 sous l’égide de Mgr Nicodème  BARRIGAH et de l’ambassadeur des USA, Robert WITHEHEAD, en ouvrant les discussions nécessaires à des  élections   crédibles et acceptables par tous. Le collectif demande en outre à tous les Togolais de rester vigilants et d’être attentifs pour répondre au mot d’ordre qu’il entend lancer dans les jours  qui viennent.

Lire l’intégralité de la déclaration liminaire

 

CONFERENCE DE PRESSE DU 25 FEVRIER 2014

 

Déclaration liminaire

 

Le 14 février 2014 dernier, après moult tractations politico-juridiques, le Commandant Oliver Poko AMAH, arbitrairement incarcéré à la prison civile de Mango puis à celle d’Atakpamé, a été libéré. Le Collectif « SAUVONS LE TOGO » remercie les populations qui se sont mobilisées pour que cette libération soit possible.

Le Collectif « SAUVONS LE TOGO » invite tous les Togolais épris de justice, à se mobiliser davantage pour obtenir la libération des huit autres personnes dont trois femmes arrêtées le 05 février 2014 et incarcérées à la prison civile de Lomé,  faussement accusées d’avoir causé des troubles à l’ordre public suite au report du délibéré lié à la libération du Commandant Olivier AMAH.

Par ailleurs, le CST demande instamment la libération de toutes les personnes encore détenues, depuis plus d’une année, à Lomé et à Kara, dans l’affaire des incendies criminels des marchés de Lomé et de Kara, d’autant plus que la plupart de ces détenus innocents sont gravement malades. Le gouvernement togolais serait entièrement responsable de tout ce qui adviendrait.

De la crise sociale

Le Collectif « SAUVONS LE TOGO » s’insurge contre les traitements inhumains, barbares et sauvages que les forces de l’ordre ont infligés aux étudiants, aussi bien, sur le campus et aux abords de l’Université de Lomé. Les arrestations et l’interdiction de rassemblement apportées aux justes revendications des étudiants sont autant de violations des droits de ces étudiants et du refus délibéré du pouvoir de créer, dans nos Universités, de meilleures conditions d’étude. Il est à noter que le budget annuel des deux Universités du Togo ne dépasse guère 05 milliards de francs CFA. Au lieu d’augmenter substantiellement ce budget, le régime de Faure GNASSINGBE a préféré, pour s’éterniser au pouvoir, dépenser des dizaines de milliards du contribuable togolais dans les errements juridico-politiques sans oublier les centaines de milliards détournés chaque année.

Pour le Collectif « SAUVONS LE TOGO » l’augmentation du prix des produits pétroliers, alors que le baril est en deçà 100 dollars sur le marché international, relève de la méchanceté du gouvernement qui veut reprendre autrement les avantages sociaux obtenus suite à la vaillante lutte menée par la Synergie des Travailleurs du Togo (STT). Le CST demande tout simplement au gouvernement d’annuler cette augmentation et de revoir la structure des prix pour soulager les populations déjà affaiblies par tant d’années de misère.

 

Des locales, des réformes constitutionnelles et institutionnelles

Depuis 1992 la Constitution togolaise a prescrit la tenue des locales avant les législatives et la présidentielle. Le régime RPT par roublardise politique a empêché l’organisation de ces locales jusqu’alors. Ce refus est d’autant plus ressenti dans la mesure où l’Accord cadre de Lomé (ACL,) signé à Lomé en 1999, les 22 engagements signés à Bruxelles le 14 avril 2004 et l’Accord politique Global (APG) signé le 20 août 2006 à Lomé ont expressément demandé la tenue de ces locales en vue d’asseoir la démocratie à la base. Il est scandaleux de constater que les tenants du régime sillonnent les contrées du pays pour soutenir qu’elles n’auront pas lieu avant la présidentielle de 2015, révélant ainsi les réelles intentions du régime alors même que le  Chef de l’Etat ,à l’occasion des fêtes de fin d’année confirmait leur  tenue  pour cette année 2014.

Il est donc claire que le régime de GNASSINGBE père et celui de son fils sont dans la hantise de perdre le pouvoir si jamais les locales se tenaient. C’est pourquoi, il est nécessaire, voir impérieux, que tout soit mis en œuvre pour amener le pouvoir à s’inscrire dans l’organisation des locales d’ici la fin du mois de juin avant d’entamer l’organisation de la présidentielle de 2015.

Le Collectif « SAUVONS LE TOGO » appelle la classe politique toute entière à œuvrer et à faire pression sur le gouvernement  pour que celui-ci dans une concertation avec l’opposition, définisse consensuellement un cadre électoral propice à la tenue des locales.

A cet effet, le  Collectif « SAUVONS LE TOGO » est prêt à confronter, avec les autres partis, d’un chronogramme clair pour la tenue de ces locales. Il est également prêt à discuter de toutes les réformes constitutionnelles et institutionnelles afin d’opérer la tenue de ces locales ainsi que celle afférente à la présidentielle de 2015.

Aussi, le Collectif « SAUVONS LE TOGO » en appel à la communauté internationale pour amener le pouvoir togolais à mettre, sans délais, en application les accords politiques qu’il a signé, avec l’opposition, dans le but d’instaurer la paix dans notre pays.

Le Collectif « SAUVONS LE TOGO » félicite le Président de l’Alliance Nationale pour le Changement, Chef de fil de l’opposition,  pour sa courageuse décision d’envoyer une lettre au chef de l’Etat en vue de déterminer celui-ci à hâter les réformes nécessaires selon les multiples accords auxquels son régime est partie pour qu’enfin le Togo connaisse des échéances électorales justes, équitables, transparentes et démocratiques.

Le Collectif « SAUVONS LE TOGO » félicite enfin tout le peuple togolais pour sa bravoure, sa ténacité devant autant de misère accumulée depuis des décennies ; en appel à son sens de devoir citoyen pour sortir le Togo, notre chère patrie, de la lancinante crise politique qui lui a été imposée.

Le Collectif « SAUVONS LE TOGO » demande à tous les Togolais de rester vigilants et d’être attentifs pour répondre  au mot d’ordre qu’il entend lancer dans les jours qui viennent.

Ca suffit, « SAUVONS LE TOGO » !

            Peuple togolais, par ta foi, ton courage et tes sacrifices, la Nation togolaise doit     renaître !

 

         Fait à Lomé, le 25 février 2014

Pour le Collectif,

Le Coordonnateur

SIGNE

Me Ata Messan Zeus AJAVON

Autres articles pouvant également vous intéresser: