Le Collectif « Sauvons le Togo » clôture la campagne électorale par une mobilisation monstre

FacebookTwitterGoogle+

liberte-togo

Démonstration de force dans les rues de Lomé

Le Collectif « Sauvons le Togo » clôture la campagne électorale par une mobilisation monstre

 

Le Collectif « Sauvons le Togo » (CST) a clôturé sa campagne sur une bonne note. C’est sur le stade municipal de Lomé archicomble que le Collectif a tenu son dernier meeting. Une foule des grands jours qui suscite beaucoup d’espoir dans les rangs des forces démocratiques.

            Jusqu’à 23h 30, le mercredi 19 juillet, dernier jour de clôture des dossiers, le pouvoir était quasi certain que le CST était pour le boycott, selon Gérard Adja, Vice-président d’Obuts, parti membre du Collectif. Mais la panique a gagné le camp du régime lorsqu’à 23heures 40minutes, les dossiers de ce regroupement atterrirent sur les bureaux de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Le candidat à la députation a invité la population à se tenir prête à entrer dans une nouvelle ère dès demain.

            Se mobiliser massivement pour voter est une chose, mais savoir voter en veillant au processus en est une autre. Il a été indiqué à la masse de vérifier l’hologramme qui doit être apposé derrière chaque bulletin devant tout votant avant l’accomplissement du devoir citoyen. Une démonstration de la manière de plier le bulletin, d’abord verticalement puis horizontalement avant son dépôt dans l’urne, a été faite devant la foule. Afin que le CST ait toutes les chances de réussite, la population a été invitée à prendre d’assaut les bureaux de vote très tôt dans la matinée et dans la soirée dès 15 heures pour assister au dépouillement qui, selon l’article 99 du Code Electoral se fera publiquement.

            Le candidat Alphonse Kpogo, récemment libéré de prison, tout comme Gérard Adja, a été bref et concis. « Si le pouvoir tient à voler ces élections, qu’il commence par construire d’autres prisons, car cette fois-ci on n’acceptera pas », a-t-il prévenu.

            De son côté, le Professeur Wolou, un autre candidat à l’élection, s’est désolé de ce qu’avec Unir au pouvoir, les lois sont régulièrement violées, ce qui a amené la Haute Cour de Justice de la Cedeao à le condamner à maintes reprises. Il a lancé un appel aux militants d’Unir aspirant au changement à rejoindre les rangs du CST afin que la dignité du Togo soit restaurée. « Tous les secteurs d’activités du Togo doivent se rejoindre pour mettre fin à ce régime afin que les pages de la frustration et de l’humiliation soient tournées », a-t-il exhorté.

            Dans la même dynamique, le Coordonateur du CST, Zeus Ajavon a convié les populations à se mobiliser massivement pour rendre l’élection de demain identique aux législatives du 27 avril 1958, qui ont conféré l’indépendance au Togo. Tout comme ceux qui l’ont précédé, Zeus Ajavon a mis en garde contre toute tentative de tordre le cou au vote des populations.

            Au tour de Jean-Pierre Fabre, tête de liste du Collectif dans le grand Lomé, de décrire ce que sa délégation a vu tout au long de son périple dans le Togo profond. L’état chaotique des routes a surtout retenu son attention. Le cortège a mis trois heures d’horloge pour rallier Badou à Atakpamé, sur une distance de 83km, cinq heurs de Bassar à Atakpamé (194 km), pour ne citer que ces trajets qui dénotent du très mauvais état des routes dans ces localités.

            Le leader de l’ANC dit aussi avoir noté durant sa tournée à l’intérieur du pays que « le peuple se rebelle » au fil des jours. C’est ainsi qu’à Tchamba, la population a bravé le temps et a attendu jusqu’à 22h pour voir arriver la délégation et tenir le meeting. « Ce sera une élection patriotique cette fois-ci » dit-il. A son tour, Mr Fabre a mis le pouvoir en place engarde contre les fraudes électorales. Il a eu quelques mots au sujet de la mue subie par l’ex-Rpt devenu Unir. D’après lui, c’est la honte qui a poussé les dirigeants à changer le nom du Rpt après les vils actes que ce parti a posés. Mais « le serpent qui a subi une mue peut-il devenir un crocodile ? » a-t-il demandé à l’immense foule qui a fait le déplacement au stade municipal de Lomé.

 Godson K.

Liberté N° 1501 du mercredi 24 juillet 2013

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

Autres articles pouvant également vous intéresser: