Faure Gnassingbé où êtes-vous ? Me voici, je suis dans l’avion pour… !

FacebookTwitterGoogle+

Mouvements de contestations, grognes sociales, revendications des étudiants, des enseignants et des centrales syndicales,

violations de droits de l’homme, menaces des corps habillés


« Lorsque je suis arrivé au pouvoir en 2005, compte tenu de la situation de crise dans laquelle se trouvait le Togo, ma priorité a été d’œuvrer à l’apaisement politique et à la cohésion sociale et de poser des jalons devant conduire le Togo à la prospérité et au progrès social. Le quinquennat affiche un bilan largement positif en dépit d’un contexte particulièrement difficile. Le devoir m’impose de parachever le travail gigantesque entrepris pour moderniser le Togo et en faire une Nation forte et prospère.

Ma décision de me présenter à nouveau pour solliciter vos suffrages repose sur deux convictions : d’abord, le Togo dispose d’énormes potentialités qui, bien exploitées dans la paix, l’unité et la cohésion sociale, peuvent nous permettre de placer le pays sur le  sentier de l’émergence économique ;  ensuite, le peuple togolais est profondément travailleur et nous pouvons ensemble relever tous les défis du développement économique et du bien être social » Message de Faure Gnassingbé à l’ouverture de la campagne électorale pour la présidentielle du 04 mars 2010. Bien parlé dirait un bon Togolais

Mais voilà ! Faure Gnassingbé spécialiste en « bon parleur » est porté disparu devant ses intentions assez alléchantes et se consacre à des inutilités depuis plus de  06 ans. Il affiche au grand dam des Togolais une désinvolture on ne peut plus fâcheuse et méprisante. Son cheval de bataille est de rester indifférent à tous les problèmes sociopolitiques qui secouent  le pays depuis qu’il avait marché dans le sang de ses compatriotes pour atteindre le firmament. Son plus grand désir aujourd’hui semble être le « je m’enfoutisme »  absolu qu’il affiche vis-à-vis  des populations togolaises au regard  des contestations permanentes de toutes les couches sociales qui composent le Togo. Hier ce sont les étudiants, les élèves, le personnel soignant… Aujourd’hui ce sont les centrales syndicales, les enseignants et même les corps habillés qui menacent de voir leurs conditions de vie et de travail s’améliorer. Et pour corroborer tout ceci, les femmes commerçantes spoliées par l’Agence nationale de renseignements (Anr), les organisations de défense de droits de l’homme, les propriétaires terriens viennent se mêler à la danse des contestataires.

En dépit de cette situation de revendications et de contestations tous azimuts, Faure Gnassingbé montre délibérément son insouciance démesurée couplée d’advienne que pourra. Il ne fait que planer dans la bombance, l’opulence avérée, les délices, le plaisir on ne peut plus mortel, la gaieté insolente, les voyages clandestins sans aucun résultat.

« Ma décision de me présenter à nouveau pour solliciter vos suffrages repose sur deux convictions : d’abord, le Togo dispose d’énormes potentialités qui, bien exploitées dans la paix, l’unité et la cohésion sociale, peuvent nous permettre de placer le pays sur le  sentier de l’émergence économique » Diantre !

Oui le Togo dispose d’énormes atouts et si véritablement ces atouts sont bien exploités comme le « prince » lui-même l’a reconnu, la situation socio économique n’aura rien à envier à celle des pays de la sous région mieux le Togo concurrencera les grandes nations économiques. La preuve en est que le Togo, la Chine et l’Inde notamment sont des pays dont la situation économique était la même dans les années 1960. Les dirigeants de ces pays heureusement ne baignaient pas dans une vie de paradis comme le fait le fils du général Eyadema au Togo. Cette potentialité de ressource dont dispose le pays est gérée de façon anachronique par Faure. Le gaspillage des biens publics, le siphonnement de l’économie, les malversations financières, le gangstérisme économique, le régionalisme et le tribalisme, le copinage bref la mauvaise gouvernance reste le leitmotiv de Faure Gnassingbé. Ces six ans qu’il passe à la tête du pays n’est qu’une pire traversée du désert des Togolais.

Oui Faure Gnassingbé reconnait que le peuple togolais est profondément travailleur mais vit une vie de misère, de pauvreté et de paupérisation délibérément instaurée par lui et ses sbires qui détruisent l’économie du pays. « Nous pouvons ensemble relever tous les défis du développement économique et du bien être social » disait-il  à ceux qui voulaient l’entendre.

 Comment alors Faure et son peuple pouvaient dans la paix sociale moderniser le Togo et en faire une Nation forte et prospère lorsqu’il s’adonne à ce jeu d’enfant « Faure où êtes-vous ? Me voici. Je suis dans l’avion » lorsqu’à chaque fois au lieu de rester au pays et tenter de trouver des solutions durables aux différents problèmes qui minent le pays il se promène à longueur de temps pour on ne sait quel objectif, que pourra-t-il faire ? Passons !

De tout ce que Faure Gnassingbé voulait faire du Togo faute de son notoriété, de son autorité, de sa personnalité puisqu’il donne l’impression que son pouvoir se gère ailleurs par les militaires, ses prétendus amis et ses nombreuses copines qui sont souvent aperçues dans les sphères de décisions du pays, les mouvements de contestations, les grognes sociales, les revendications des étudiants, des enseignants et des centrales syndicales, la lutte contre les violations de droits de l’homme, les menaces des corps habillés notamment la police et la grogne des propriétaires terriens expropriés pourront un jour dégénérer et pourraient l’emporter s’il n’en prend pas conscience au plus vite et continue d’afficher cette désinvolture tout en narguant les Togolais dans cette vie opulente et paradisiaque.

La nature a ses lois et quoi qu’on fasse et qui qu’on soit, elle finit tôt ou tard par rendre justice

 Bon courage et bonne chance à Faure Gnassingbé et ses acolytes qui traitent les Togolais comme des bêtes de sommes.

Jérôme Sossou

Le triangle des enjeux N° 182 du mercredi 15 février 2012

Autres articles pouvant également vous intéresser: