Election du Togo au Conseil de Sécurité de l’ONU, un non-événement pour le peuple togolais

FacebookTwitterGoogle+


Après le jubilé, place aux  problèmes des Togolais

 

Ce n’est plus un secret de polichinelle.  Depuis le 21 Octobre 2011,  le Togo a accédé  au Conseil  de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies en tant que membre non permanent aux   côtés du Maroc, second Etat  africain  siégeant  au sein de cet organe  de l’ONU.  L’élection du  Togo est accueillie comme un événement historique  que les officiels  togolais  ont  savouré  comme si c’était la solution aux problèmes  dont souffrent les Togolais  depuis près de quatre décennies.

Vendredi  dernier,  en plein  journal sur la Télévision  nationale, le ministre  togolais des Affaires Etrangères  et de la coopération, Elliott OHIN  était  reçu en direct et  en duplex  avec un journaliste.  Le ministre  faisait le point  des élections dont les résultats venaient à peine d’être publiés  en faveur  du  Togo qui  intègre le cortège des  membres non permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU pour une durée de deux ans.  La joie  était perceptible   à travers la voix du ministre. Cette même joie était partagée  par le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé qui  a déclaré ceci : « C’est  avec une grande fierté  que je me joins à mes compatriotes  pour célébrer l’élection du Togo au Conseil de Sécurité des Nations Unies. Le Togo  est heureux  de siéger en tant que  membre non permanent  du Conseil  comme il en a été  décidé  par les Etats  membres  des Nations-Unies vendredi.  Nous sommes  honorés  de rejoindre  un organisme si estimé  et avons  hâte  de pouvoir  contribuer  de façon  positive à son œuvre  pour le maintien et la promotion  de la paix  et de la sécurité internationales ». A la lecture  de cette déclaration, l’on est tenté de se poser la question  de savoir le nombre de  Togolais qui se réjouissent de cette élection. L’admission  au  Conseil de Sécurité  de l’ONU semble une  préoccupation des officiels alors  que  le Togolais lambda a ses préoccupations  ailleurs.

Les raisons de la célébration du siège

Naturellement l’élection d’un petit pays à l’instar du Togo  au Conseil de Sécurité de l’ONU doit susciter admiration  et joie  tant du côté des gouvernants que des gouvernés.  Ces sentiments  devraient être partagés par tous. Mais il se fait que cette « prouesse » n’enchante  que la diplomatie togolaise en premier lieu le Ministre des affaires étrangères, le Chef de l’Etat et  le Premier Ministre  qui  était  il y a un mois  à New York dans le cadre  de la 66ème  Assemblée Générale des Nations unies. Et  justement  dans son discours prononcé  lors  de cette Assemblée, le Premier Ministre  avait insisté sur l’élection  du Togo  au  Conseil de Sécurité de l’ONU. Des  consultations  parallèles  avaient été menées  pour cela  lors de ce périple. Aujourd’hui, c’est chose faite, et c’est de bonne guerre que la joie inonde   le cœur  de ces  hommes d’Etat togolais. Le gouvernement peut se targuer  d’être  dans de nombreuses missions de paix à travers le continent  et ailleurs et c’est ce qui lui a valu cette élection  mais  les Togolais attendent plus  de leurs dirigeants  vis-à-vis de leurs préoccupations quotidiennes.

Les attentes  du peuple demeurent  

La question  qui est dans toutes les bouches est de savoir la portée  de cette élection.  Certains observateurs estiment que cette élection sera bénéfique pour le pays qui fait partie des instances de décisions  internationales.  Le Togo pèsera-t-il dans  les décisions  de l’ONU?  La réponse  est sans  ambages non. Puisque beaucoup  de ceux savent lire entre les lignes et savent écouter, ne doutent pas un seul instant, le Togo ne serait qu’une  marionnette mieux une  girouette  que les grandes puissances dirigeront   à  leur guise. C’est purement et simplement la politique de l’alignement sur les positions des pays comme la France, les Etats Unies, etc. La population  togolaise  dans sa quasi-totalité est restée indifférente face à cette élection parce que son centre d’intérêt est ailleurs. Où trouvez le repas quotidien?  Quelle serait la portée  réelle de cette élection ? Les Togolais eux-mêmes sont-ils en paix dans la mesure où plus de 70 % de la population vivent  en dessous du seuil de pauvreté ?  Autant de questions qui restent sans réponse.

C’est qui fait dire au philosophe Baruch Spinoza que l’absence de guerre n’est pas synonyme  de  paix.  Si les Nations Unies devraient tenir rigueur, ne seront élus  à ce Conseil que les pays  ayant atteint un certain niveau de développement, ce qui obligerait certains pays  africains  à lutter contre la corruption et la mauvaise gouvernance  qui sapent leur économie. Sinon l’élection du Togo en tant que membre non  permanent au Conseil de Sécurité ne changera pas grand-chose au vécu quotidien  des Togolais.  La preuve le Togo était à ce Conseil  entre 1981-1982, le pays n’avait changé ni sur le plan intérieur et n’avait influencé outre mesure la politique internationale. Il n’y a pas de miracle dans une géopolitique et une géostratégie assez bouleversée actuellement avec la chute des régimes monarchiques. Heureusement que dans la politique internationale, il y a toujours possibilité pour chaque Etat, si petit soit t-il, de trouver son intérêt à soutenir, ou à se faire soutenir. Il n’y aura que ce profit que les autorités togolaises tireront de ce rendez-vous à l’ONU.

Jean-Baptiste  ATTISSO
L’Indépendant Express N° 186 du 25 octobre 2011

Autres articles pouvant également vous intéresser: