Arrêtés par le régime de Faure Gnassingbé. Leur seul tort : vouloir l’instauration d’un Etat de droit dans leur pays

FacebookTwitterGoogle+

Arrêtés par le régime de Faure Gnassingbé. Leur seul tort : vouloir l’instauration d’un Etat de droit dans leur pays

Leur seul tort, c’est d’être togolais et de vouloir l’instauration d’un Etat de droit dans leur pays.

Le CST demande leur libération immédiate et celle de tous les militants arrêtés.

Parmis les arrêtés:

 

 -  Gérard ADJA, vice-président de l’Organisation pour bâtir dans l’union un Togo solidaire (OBUTS), arrêté le dimanche 13 janvier 2013 par des gendarmes du Service de Renseignement et d’Investigation (SRI) alors qu’il sortait de la messe. Il est détenu en toute illégalité depuis lors à la Gendarmerie nationale, au mépris de la réglementation sur la détention préventive.

 

 

 

 

 

-  Agbéyomé Gabriel KODJO, président de l’OBUTS, arrêté le mercredi 16 janvier 2013 par des gendarmes du SRI à son domicile où des membres de sa famille ont été violentés, détenu en toute illégalité depuis lors à la Gendarmerie nationale, au mépris de la réglementation sur la détention préventive.

 

 

 

 

 

-  Suzanne Kafui Nukafu DOGBEVI, militante de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), arrêtée à son domicile dans l’après-midi du lundi 14 janvier 2013 par des gendarmes du SRI, détenue en toute illégalité depuis lors à la Gendarmerie nationale, au mépris de la réglementation sur la détention préventive.

 

 

 

 

 

-  Alphonse KPOGO, Secrétaire Général de l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI), arrêté à son domicile le mercredi 23 janvier 2013, à 5 heures du matin, par des gendarmes du SRI, détenu en toute illégalité depuis lors à la Gendarmerie nationale, au mépris de la réglementation sur la détention préventive.

 

 

 

 

 

-  Jean EKLOU, responsable de l’ANC et Président de la Jeunesse nationale pour le changement (JNC), arrêté par des gendarmes du SRI devant le siège de l’ANC, le 23 janvier 2013, détenu en toute illégalité d’abord à la Réserve de la Gendarmerie à Agoè-Nyivé avant d’être transféré au Camp de la Gendarmerie Nationale à Lomé où il est détenu depuis lors au mépris de la réglementation sur la détention préventive.

 

 

 

 

 

-  Maurice Kossivi EKLOU,  un responsable  sécurité corde de l’ANC, arrêté à son domicile.

 

 

 

 

 

 

-  Appolinaire ATHILEY, président de la sous-section ANC de Kodjoviakopé, chauffeur et garde du corps du Président national de l’ANC, Jean-Pierre FABRE, , arrêté par des gendarmes du SRI devant le domicile de ce dernier le vendredi 25 janvier 2013, détenu d’abord à la Gendarmerie nationale avant d’être transféré à la Réserve de la Gendarmerie à Agoè-Nyivé où il est détenu depuis lors en toute illégalité car au mépris de la réglementation sur la détention préventive.

 

 

 

 

-  Tchagnaou OURO-AKPO, député de l’ANC, arrêté à son domicile par des gendarmes du SRI dans l’après-midi du lundi 28 janvier 2013, détenu en toute illégalité d’abord à la Réserve de la Gendarmerie à Agoè-Nyivé avant d’être transféré au Camp de la Gendarmerie Nationale à Lomé où il est détenu depuis lors, au mépris de la réglementation sur la détention préventive.

 

 

 

 

 

- Le député Nicolas Manti,  porté disparu.

 

 

 

 

 

 

Peuple togolais, par ta foi, ton courage et tes sacrifices, la Nation togolaise doit renaître !

 

Autres articles pouvant également vous intéresser: