Après “Riz c’est mon Faure”, le riz “Président Faure Essozimna Gnassingbé Unir ” sur le marché

FacebookTwitterGoogle+

Concurrence déloyale au sommet de l’Etat :

Après “Riz c’est mon Faure”, le riz “Président Faure Essozimna Gnassingbé Unir ” sur le marché

Dans la période de l’élection présidentielle de 2010, des commerçants hauts perchés promus par le régime en place, ont créé une manière de dilapider les deniers publics au profit du Chef de l’Etat en faisant déverser sur le marché, le “Riz c’est mon Faure”. A la veille des élections législatives, c’est le riz “Président Faure Essozimna Gnassingbé Unir” qui va être mis à profit pour battre campagne pour le Président de la République. Alors, on comprend que Faure Gnassingbé est décidé à défier les Togolais en menant une concurrence rude et déloyale aux pauvres commerçants spécialisés dans le commerce du riz, qui est devenu une chasse gardée pour certains de son entourage. 

 

Un riz de campagne électorale est déjà sur le marché : «Président Faure Essozimna Gnassingbé Unir», est la nouvelle trouvaille du pouvoir à l’approche des élections législatives. C’est l’œuvre d’un quarteron d’amis (es) du Chef de l’Etat qui verse sur le marché des sacs de riz qui, si on n’y prend garde créera une concurrence déloyale. Pourquoi Faure Gnassingbé laisse encore ses amis déverser sur le marché, du riz à son effigie ? C’est la question que l’on se pose mais décidément, on a l’impression que depuis son arrivée au pouvoir en 2005, ses actes sont en déphasage avec son discours. Il dit quelque chose et fait son contraire : « C’est une minorité qui s’accapare des biens du pays », déclarait-il dans son discours du 26 avril 2012. Si le Chef de l’Etat s’est montré touché par la réalité selon laquelle les richesses du Togo sont pillées par une minorité autour de lui tandis que la majorité des Togolais gît dans la pauvreté ambiante et corrosive, il ne l’est pas devant l’acte que posent présentement ses amis et proches.

En mars en 2010 en introduisant le riz, c’est mon Faure, vendu à vil prix, les initiateurs ont causé du tort aux commerçants, contraints d’écouler à perte leurs stocks. Le même phénomène risque de se produire avec le riz «Président Faure Essozimna Gnassingbé Unir».

La question qui revient sur toutes les lèvres, est de savoir l’origine de ses fonds affectés à l’importation de ce riz.

Selon certaines indiscrétions, c’est toute une fortune qui serait injectée dans la commande de ce riz en plus d’autres produits et gadgets à l’effigie de Faure Gnassingbé, avec la contribution de la Direction Générale de Impôts et d’autres sociétés d’Etat. Déjà, des posters géants réalisés à des milliards de nos francs et qui jonchent la Nationale N°1 et les villes de l’intérieur, sont le signe d’un gaspillage avéré puisqu’après contestation des médias vis-à-vis de la Haute autorité de l’audio-visuel et de la communication (Haac), la plupart de ces posters ont été enlevés, notamment à Lomé, ceux de l’intérieur étant leurs places.

Il n’est plus à démontrer que la commande de ce riz servira encore à l’achat de conscience des pauvres populations comme ce fut le cas en 2010. Selon des témoins, ces sacs de riz ont été déjà distribués aux populations du Nord du pays, lors de la grande messe des Evala. Une enveloppe de 30.000 F cfa leur serait également octroyée pour déblayer le terrain avant les prochaines élections législatives.

Il est temps que le Président de la République fasse cesser cette pratique peu orthodoxe qui met à mal le commerce dans lequel ses amis et proches font la pluie et le beau temps sur le marché. Faure aura tout à gagner en rompant avec les vieilles méthodes de son feu père Etienne Gnassingbé Eyadema à qui les caciques du pouvoir réalisaient des gadgets de tous genres à coup de milliards lors des élections, juste pour gagner sa confiance.

Kodzo A. Vondoly    

Actu Express N° 205 du 31 juillet 2012

  

Autres articles pouvant également vous intéresser: