Des milliers de Togolais dans les rues de Lomé pour dénoncer les manœuvres de décapitation de l’opposition

FacebookTwitterGoogle+

correcteur_1

Marche de protestation de samedi

Des milliers de Togolais dans les rues de Lomé pour dénoncer les manœuvres de décapitation de l’opposition

 

La vague d’inculpation qui s’abat sur les responsables du Front Républicain pour l’Alternance et le Changement (FRAC) et du Collectif« Sauvons le Togo » (CST) dans l’affaire d’incendie des marchés du Togo n’inquiète visiblement pas les militants et sympathisants de ces deux regroupements de l’opposition. En témoigne la grande mobilisation samedi à l’occasion de la traditionnelle marche de protestation. Ils étaient plusieurs milliers de Togolais à prendre part à la manifestation de samedi destinée à protester contre les tentatives de déstabilisation du Collectif« Sauvons le Togo ». Du Foyer Pie XII, lieu de départ de la manifestation à la plage, l’ambiance était surchauffée à travers les  chants patriotiques et les slogans hostiles au pouvoir, les manifestants ont réclamé la libération des militants et responsables du CST injustement arrêtés dans l’affaire des incendies.

A la plage, ils ont été entretenus sur plusieurs sujets dont l’audition du président de l’ANC, Jean-Pierre Fabre et de Abass Kaboua, la répression barbare du sit-in des journalistes et le recensement électoral. Claude AMEGANVI qui a ouvert le bal des interventions a remercié les militants qui se sont mobilisés pour soutenir Jean-Pierre Fabre et Abass Kaboua  lors de leur convocation à la gendarmerie. Les mêmes remerciements sont allés à ceux qui ont soutenu les journalistes lors de leur sit-in.  Dans la même lignée, Francis Pedro AMOUZOU, responsable à la communication du CST, a condamné avec la dernière rigueur le comportement des militaires et gendarmes qui ont semé la désolation au sein des journalistes en dispersant leur sit-in par des navettes de la marine.

Le Trésorier Général Adjoint du CST, Me Jil-Benoît AFANGBEDJI, a évoqué dans son intervention les élections. Il a invité tous les Togolais à aller se faire recenser. « Allez vous inscrire en même temps que nous continuons la lutte », a-t-il recommandé. L’avocat a ensuite dénoncé l’attitude des forces de sécurité envers les journalistes en se fondant sur l’article 11 de la constitution qui stipule que tous les êtres humains sont égaux en dignité et en droit. « Des plaintes seront portées contre tous ceux qui se livrent à ces genres de comportement dégradant contre leurs concitoyens à la CPI », a-t-il informé.

Le président du MRC, Frédéric Abass KABOUA très remonté contre les tracasseries judicaires dont ils font l’objet dans l’affaire des incendies a explosé lors du meeting.  « On ne peut pas m’accuser et m’interdire de parler », s’est-il révolté avant de s’indigner contre la manière dont le Togo est géré par Faure. Patrick LAWSON, Premier vice-président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) croit toujours à un avenir meilleur pour le Togo malgré la misère qu’on fait aux responsables de l’opposition « Nous délivrerons le Togo de la misère », a-t-il rassuré. Il a lui aussi remercié les militants et sympathisants du CST qui ont fait le déplacement de la gendarmerie pour soutenir le leader de l’ANC et le président du MRC. Il a ensuite dénoncé le comportement barbare des gendarmes envers les journalistes. Pour lui,  la loi qui divise journalistes et pouvoir est bien anticonstitutionnelle.  « Elle sera constitutionnelle si on modifiait l’article 26 de la constitution pour rendre conforme la nouvelle loi renforçant les pouvoirs de la HAAC. Evoquant la perquisition au siège de l’ANC, Patrick Lawson  a indiqué que les officiers de la gendarmerie ont emporté un document qui est une lettre circulaire aux fédérations ayant trait à la prétention de candidature. Il a insisté sur la mise en application des reformes et la garantie de bonnes conditions avant la participation du CST.

Dernier intervenant, le leader de l’opposition togolaise, Jean-Pierre FABRE a remercié à son tour tous ceux et celles qui se sont massés en grand nombre devant la gendarmerie nationale pour le soutenir mardi. «Vous leur avez montré que vous êtes vigilants », a-t-il précisé. Parlant de son inculpation, Fabre a indiqué qu’il « attend la confrontation avec ces jeunes manipulés qui ne mesurent pas l’ampleur des actes qu’ils posent », a-t-il souligné. Lors de son auditon, il a été établi que ce sont des jeunes arrêtés qui l’ont cité comme commanditaire des incendies. Faisant une lecture de la situation économique difficile dans laquelle vivent les Togolais, il a laissé entendre que « c’est le manque d’emploi dans le pays qui pousse les jeunes à se laisser manipuler. Mais je les attends », a-t-il souligné.

Warren W.

Le Correcteur N° 422 du 18 mars 2013

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

Autres articles pouvant également vous intéresser: