Trois jours de manifestations du CST à Lomé

FacebookTwitterGoogle+

Trois jours de manifestations du CST à Lomé

Un succès qui démontre la soif des populations d’une alternance pacifique au Togo

 

Les militants et sympathisants du Collectif «Sauvons le Togo » (CST), par dizaines de milliers, viennent de dénoncer une fois encore, le régime autocrate RPT/UNIR incapable de diriger le Togo et répondre aux aspirations profondes du peuple togolais, notamment l’alternance politique et l’instauration d’un véritable Etat de droit. C’est à travers une série de manifestations qui a débuté le jeudi 14 février par une messe à la Cathédrale de Lomé et qui a pris fin le samedi 16 février 2013 par une grande marche à travers les rues de la capitale suivie d’un meeting à la plage.

La messe de consolation des cœurs dite à la cathédrale de Lomé

Les trois jours de manifestations du Collectif «Sauvons le Togo » (CST), a commencé le jeudi 14 février 2013, par une messe à la Cathédrale de Lomé pour apaiser les cœurs des commerçants et commerçantes victimes des incendies des marchés de Kara et de Lomé. C’est en présence de nombreuses femmes du marché d’Adawlato, dans un profond recueillement, que la messe a été concélébrée par les Révérends Pères, Boniface OLYMPIO, Louis KUEVI et Gilbert WOGLO. Dans l’homélie de ce jour, le RP Gilbert WOGLO, curé de la paroisse, a invité l’assistance à devenir des disciples du Christ en acceptant de porter la croix de tous les jours. C’est en le faisant ainsi, explique-t-il, qu’on peut être digne du Christ. Le RP Gilbert WOGLO n’a pas manqué d’attirer l’attention de l’assistance sur le temps du carême qui est un temps de jeûne, d’aumône et de prières. A l’adresse des sinistrés, le curé de la paroisse les a exhorté à l’espérance. « Nous n’avons rien apporté et n’emporterons rien. Les chrétiens que nous sommes, sont condamnés à espérer, car il n’y a pas de vie sans espérance. », a-t-il laissé entendre. Certainement que ces mots du prêtre ont reçu un écho favorable de la part des participants qui ont laissé éclaté leur joie à la sortie de la messe. C’est devant l’entrée de la Cathédrale que les leaders du CST ont exprimé leur gratitude à toux s ceux qui ont pris part à cette communion de prière. « Au nom du Collectif « Sauvons le Togo », je vous remercie tous d’être sortis si nombreux aujourd’hui pour écouter la parole de Dieu. Je suis sûr que cette parole a consolé un tout petit peu vos cœurs. Nous demanderons à ce même Dieu de vous encourager pour que vous poussiez reprendre petit à petit vos affaires », a déclaré Maître Zeus Ajavon, Coordinateur du CST. Il a par ailleurs donné rendez-vous au stade Oscar Antony à (Terrainvito) pour un grand meeting le vendredi 15 février 2013 à partir de 14h.

Le meeting d’informations du vendredi 15 février 2013 au stade Oscar Antony à (Terrainvito)

L’appel des responsables du CST a été entendu. Ils étaient des milliers de Togolaises et Togolais à avoir pris d’assaut la pelouse du stade Oscar Antony à Aguiarkomé. Presque tous les responsables ont aussi répondu présent à l’appel. Après la prière d’ouverture, la minute de silence et l’exécution de l’hymne national, les différents orateurs se sont succédé au podium pour haranguer la foule impatiente. Les différentes interventions avaient essentiellement pour objets, le courrier de l’Union européenne (UE) qui appelle « l’ensemble des forces politiques à s’engager véritablement dans la relance d’un dialogue politique national et à contribuer à l’établissement du climat d’apaisement nécessaire. » et le communiqué du Parti Socialiste (PS) français qui  « dénonce l’arbitraire manifeste de ces arrestations qui visent essentiellement les personnalités du Collectif Sauvons le Togo et d’autre membres de l’opposition et demande leur libération immédiate »

Madame Dovi AMOUZOU de l’OBUTS a insisté sur l’urgente nécessité de l’engagement des femmes togolaise dans la lutte que mène le CST. Elle a conclu son intervention en assurant : « Dieu est à l’écoute de nos prières. Ne désespérons pas. »

Isabelle Manavi AMEGANVI, 2e vice-présidente de l’ANC pour sa part, a annoncé que le glas du régime RPT/UNIR a sonné.  « L’heure de Dieu a sonné et ses signes sont visibles », a-t-elle indiqué tout en rappelant les termes du courrier de l’UE et du communiqué du PS.

Me Jil-Benoit AFANGBEDJI, rappelant les nombreux incendies du régime RPT, a affirmé qu’on retrouvera un jour les auteurs des incendies : de l’Institut Goethe de Lomé, du Tribunal de Lomé, de l’Université de Lomé, en l’occurrence la Direction des affaires sociales (DAS) et du siège du parlement de la transition (HCR) qui a brulé la veille de la cérémonie d’hommage au haut conseiller Marc ATIDEPE assassiné à Soudou.

Prenant la parole, le Commandant Olivier Amah POKO de l’ASVITO, a révélé que le chef de l’Etat togolais, Faure GNASSINGBE est un « Terroriste judiciaire » puisque c’est lui qui commande et qui est à la base de tout ce qui se passe de scandaleux dans le pays. « Ça  ne durera plus, ça finira bientôt. On lui retirera le pouvoir », a-t-il martelé en guise de conclusion.

« Nos amis d’en face ont atteint le niveau le plus élevé du banditisme d’Etat », a déclaré le docteur KAMPATIBE de l’ADDI, abondant dans le même sens que son prédécesseur pour montrer le visage hideux, irresponsable et inhumain du régime RPT/UNIR.

« Tous les pouvoirs sont concentrés dans les mains d’une seule personne et c’est cette dernière qui est Faure », lancera le professeur Komi WOLOU qui, en professeur de droit, affirme que le Togo n’est pas un Etat de droit. En appui à son affirmation, il rappelle que c’était sous la contrainte de l’UE que le régime RPT avait signé les 22 engagements qu’il n’a d’ailleurs jamais honorés. Il précise qu’aujourd’hui, c’est toujours la même communauté internationale qui lui dit que la « Démocratie est bafouée au Togo ». « Ces gents peuvent-ils diriger un pays ? » s’est-il interrogé avant de laisser la parole au Coordonateur du CST.

« Les portes de Babylone sont déjà tombées. C’est moi qui vous le dis », s’est réjoui le Coordonateur du CST, Zeus AJAVON. Faisant allusion aux courriers envoyés par la communauté internationale, Zeus AJAVON a indiqué qu’à part l’UE, le PS, Survie, le parti de gauche, les Verts, et bien d’autres partis politiques et organisations vont aller dans le même sens dans les jours prochains. « Ce qui veut dire que le Togo est maintenant exposé », a-t-il confirmé. « La victoire sera de notre côté à coup sûr », a-t-il assura devant l’immense foule de ce vendredi 15 février 2013.

L’intervention de Jean-Pierre FABRE, Président National de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), est surtout axée sur la mobilisation et le courage nécessaires pour les forces démocratiques. Pour cela, il a invité toutes les populations togolaises à rejoindre massivement la marche suivie de meeting du samedi 16 février 2013 pour démontrer à la communauté internationale que le peuple togolais en a ras-le-bol de du régime autocrate RPT/UNIR.

 

Un appel entendu qui met des milliers de Togolais dans les rues de la capitale, le samedi 16 février 2013

La dernière journée des manifestations organisées par les responsables du CST, a été un véritable succès parce que les populations sont sorties très nombreuses pour témoigner leur soutien aux responsables du CST et surtout pour dénoncer la pauvreté, la mal gouvernance et les violations quotidiennes des Droits de l’homme au Togo. En témoigne cette marée humaine qui a pris d’assaut, dès 8h du matin, le point de départ de la marche hebdomadaire de protestation du Front Républicain pour l’Alternance et le Changement (FRAC), sis au carrefour de Tokoin Gbadago, non loin de l’école primaire ADZALE. Conjointement organisée avec le CST, cette marche a drainé des dizaines de milliers de personnes dans les rues de Lomé, scandant des slogans hostiles au pouvoir en place et réfutant les allégations des autorités qui tiennent pour responsables des incendies des marchés de Kara et de Lomé, les membres du CST. Après plus de quatre heures de marche, durant laquelle hommes, femmes, enfants et vieillards ont chanté, dansé et dénoncé les autorités togolaises à travers des chants révolutionnaires et patriotiques, la foule de manifestants à atterri à la plage, en face de l’Ambassade d’Allemagne où s’est tenu un grand meeting d’informations qui a pris fin vers 17h.

Les principales interventions

Le Coordonnateur du CST, Zeus AJAVON a ravi la vedette en faisant des révélations troublantes sur les auteurs des incendies des marchés de Kara et de Lomé, puis sur Gilchrist OLYMPIO, l’un des artisans de cette situation. Selon le Coordonnateur du CST, peu avant l’incendie du grand marché de Lomé, un groupe d’individus à sillonner à moto les environs. Ce groupe sera suivi peu de temps après, par un autre groupe à bord de trois (3) véhicules 4×4 dont deux occupants en costume noir. Ils auraient menacé et soudoyé ceux qui gardaient le marché et qui avaient les clés des portes. Certains auraient refusé la proposition et auraient pris la fuite. Le groupe d’individus à bord des 4X4 accompagné de personnes cagoulées seraient entré dans le marché avant le départ de l’incendie. Abordant la question des 9 députés de l’ANC, le Coordonnateur du CST a révélé que c’est Gilchrit OLYMPIO qui est à l’origine du refus par le régime RPT/UNIR de respecter la décision de la Cour de Justice de la CEDEAO. « Je suis l’avocat de ces neuf députés et c’est ce qu’on m’a fait comprendre. C’est bien Gilchrit OLYMPIO qui aurait refusé que les députés de l’ANC ne regagnent l’Assemblée nationale », a-t-il précisé avant d’ajouter que c’est toujours Gilchrit OLYMPIO qui serait à la base des dénonciations calomnieuses et des montages grossiers destinés à faire arrêter et condamner les responsables du CST dans l’affaire de l’incendie. « C’est toujours lui qui s’acharne à vouloir l’organisation des élections avant les réformes institutionnelles et constitutionnelles, dans l’espoir de profiter des fraudes massives en préparation par le régime RPT/UNIR », a-t-il conclu.

Abondant dans le même sens que le Coordonnateur du CST, le Président du MRC, Abass KABOUA, a indiqué qu’il y a quelques semaines, les agents de sécurité qui gardaient le grand marché de Lomé, avaient été mutés. A l’en croire, ce sont 257 agents qui ont été recrutés par l’Epam et qui assurent la sécurité du marché, appuyés par des policiers. Mais chose curieuse, le jour du drame, aucun d’eux n’était sur les lieux. Abass KABOUA a également souligné que l’actuelle directrice de l’Epam, Ayélégan SESHI, aurait créé, avec son frère, une société d’agents de sécurité qui aurait probablement assuré la sécurité du marché ce jour là. « Pourquoi n’a-t-elle toujours pas été entendue ? », s’est-il interrogé.

Le premier vice-président de l’ANC, Patrick LAWSON, quant à lui, en réponse à la lettre de l’UE qui invite la classe politique togolaise à un dialogue franc et inclusif a confirmé, en ces termes, la disponibilité du CST à prendre part à un dialogue franc et sincère : « Le CST est disponible pour un dialogue, mais un dialogue franc et sincère comme l’a souligné le parti socialiste français dans son communiqué. »,

Le Commandant Olivier Amah POKO, dénonçant les manœuvres dilatoires du pouvoir, en l’occurrence la question de la libération de certaines personnes arrêtées dans l’affaire de l’atteinte à la sûreté de l’Etat, il a indiqué que malgré la décision de libérer certains détenus dans cette affaire, le Capitaine Lambert ADJINON les autres n’ont pas encore été libérés comme tentent de le faire croire les autorités togolaises. « Les manifestations du CST sont dans une  résistance citoyenne comparable celle du Chili qui a duré plus de trois ans. Et le peuple chilien a renversé le dictateur Pinochet», a martelé le commandant.

 « Dans vos prières de tous les jours, demandez à Dieu la force de vous épargner de la paresse et de vous donner le courage de répondre aux manifestations citoyennes comme celles du CST », a recommandé Jean-Pierre FABRE en prenant la parole. Le leader de l’ANC, visiblement heureux de voir que son appel lancé au cours du meeting du vendredi 15 février 2013 au stade Oscar Antony a été largement entendu, a demandé aux populations togolaises de ne pas se laisser aller au découragement. « Il nous faut capitaliser toutes nos énergies et tous nos efforts, les mettre ensemble afin d’arriver à bout de ce régime », a-t-il préconisé. Répondant aux compliments de certains leaders du CST, Jean-Pierre Fabre a humblement répondu qu’il s’agit d’une œuvre commune et que chacun de nous à sa part de gratitude dans cette belle entreprise. « Tous, nous avons œuvré et continuons de faire ce que nous pouvons pour libérer notre peuple. Nous comptons sur vous, puisque sans vous, nous n’existons pas », a-t-il renchéri. Plaçant la lutte du peuple togolais sous la protection et le soutien de Dieu, le Président national de l’ANC a convié l’assistance à s’unir en prière lors du culte d’action de grâce à la paroisse Salem de Hanoukopé de Lomé, le mercredi 20 février à 12 heures.

La messe de consolation des cœurs dite à la cathédrale de Lomé (photos)

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

Le meeting d’informations du vendredi 15 février 2013 au stade Oscar Antony à (Terrainvito) (Photos)

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

Un appel entendu qui met des milliers de Togolais dans les rues de la capitale, le samedi 16 février 2013 (Photos)

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

  • SONY DSC

    SONY DSC

Autres articles pouvant également vous intéresser: