Situation de la Corruption au Togo

FacebookTwitterGoogle+

Situation de la Corruption au Togo

selon Carlos KETOHOU (Extrait)

 

 La corruption est la perversion ou le détournement d’un processus ou d’une interaction avec une ou plusieurs personnes dans le dessein, pour le corrupteur, d’obtenir des avantages ou des prérogatives particulières ou, pour le corrompu, d’obtenir une rétribution en échange de sa bienveillance. Elle conduit en général à l’enrichissement personnel du corrompu ou à l’enrichissement de l’organisation corruptrice (groupe mafieux, entreprise, club, etc.1). C’est une pratique qui peut-être tenue pour illicite selon le domaine considéré (commerce, affaires, politique…).

La corruption au Togo est un sport national qui a affecté le pays du sommet à la base. Si dans un pays, la gouvernance est bancale et que les citoyens ne sont pas mis au courant des dépenses publiques, et que c’est juste une minorité qui gravite autour du chef de l’Etat qui en profite, il y a donc problème.

Le Togo est l’un des pays où les biens ne sont pas déclarés avant la prise de fonction. De la présidence aux Directions des sociétés en passant pas les membres du gouvernement. C’est pourquoi, quelque jours après leurs nominations, vous apprendrez que Elliot OHIN a érigé une grande maison à Etage non loin du palais des congrès, ou bien Gilbert Bawara s’est acheté une maison de luxe en Côte d’ivoire, ou bien Djimon Oré s’est construit sa villa et en a offert à une maitresse, ou bien tel ou tel autre a acheté une grosse voiture, ou a pris un train de vie assez spectaculaire.

Ce n’est qu’au Togo ou des ministres multiplient des comptes bancaires dans les pays asiatiques, en Arabie saoudite, Chine, Dubaï ou Hong-Kong, et c’est au Togo où encore, la cour des comptes qui est sensé demandé des comptes de gestions aux sociétés et à leurs responsable fait du chantage auprès de ceux-ci pour se partager les bénéfices. Cela est extraordinaire. Des fonctionnaires de la cour des comptes qui vont faire chanter un directeur général qu’ils ont détecté des cas de corruption et de détournement dans sa société et qu’ils vont rendre compte au chef de l’Etat. Pris de panique, il remet une grosse enveloppe d’argent et demande de taire le dossier. C’est pourquoi, depuis sa mise en place il y a près de 4 ans, la cour des comptes n’a jamais pu sortir un seul rapport sur l’état des finances publiques au Togo.

C’est au Togo qu’on dénonce des malversations dans plusieurs secteurs dont le football et que les responsables restent totalement impunis. Le Ministre des sports, le président de la fédération Togolaise de Football restent totalement sereins malgré les dénonciations qui se font sur la gestion du football.

Le ministre Djimon Oré de la Communication par exemple détourné 8 millions de FCFA des fonds de l’aide de l’Etat à la Presse. Il ne s’en est pas inquiété, au contraire, il a été reconduit a son poste après avoir restitué l’argent des journalistes.

Le nouveau ministre de l’Energie, Taïrou BAGBIEGUE a organisé de multiples d magouilles à la poste où il était Directeur Général avant d’être promu ministre. Un audit financier du Centre des Chèques Postaux permettra sans doute de découvrir que le sieur Bagbiégué a facilité des prêts qui peuvent s’évaluer à des centaines de millions. Ensuite, en raison de sa relation avec les bénéficiaires de ces prêts ou de leur appartenance ethnique ou encore de leur position favorable par rapport au chef de l’Etat, les procédures judiciaires pour faire payer ces font ont été suspendues. Mais il trône au Ministère des mines.

Lorsque vous faites une petit tour aux impôts d’Ingrid Awadé, c’est la catastrophe. L’argent de l’Etat sert à cette dame à s’offrir des luxes assez fous, souvent avec la bénédiction de l’exécutif. Dans quelle comptabilité se situent des milliards de FCFA engagés pour financer des activités politiques, construire un château au Chef de l’Etat à Agou et des villas aux officiers de police et de l’armée et en même temps enrichir illicitement des proches ?

En exemple, Noel de POUKN est un  simple agent du service des impôts, très proche de la Directrice. Avec cette position, il a une vingtaine d’immeubles de luxe qui peuvent couter jusqu’à 500 millions l’unité. Exemple, l’immeuble Yendoubé au quartier Doumassesé qui abrite son agence Zénith Communication.

Lorsque vous suivez un peu les actions du développement à la base avec les milliards qui y sont injectés, alors qu’on n’a jamais l’occasion de faire des comptes à la nation, c’est grave. Ou sont passés les milliards remis a dame Victoire Dogbé par Togo Télécom, comment ont-ils été gérés, le peuple veut savoir. C’est sa sœur Solange TOMEGAH, cadette qui est sa secrétaire principale et son frère Pépé TOMEGAH qui est son chauffeur et son comptable à tout faire. Selon des sources journalistiques proches de son cabinet, son petit frère en question circule avec près de 200 millions de Francs CFA en liquidité dans sa voiture. C’est lui qui gère les bons d’essence et des dépenses courantes. Il a investit des centaines de millions dans l’immobilier, lui et ses deux sœurs. Ou est la bonne gouvernance ?

Pire, même à la commission Vérité justice et réconciliation, il y a plein de malversations.

Ces messieurs et dames ont continuellement berné le pauvre archevêque pour se distribuer l’argent des partenaires au nom de la réconciliation.

Si je mens, ils n’ont qu’à offrir un rapport financier au peuple. Le sieur Boona Ketéouli avec son complice le comptable à qui il demande de décaisser des millions de FCFA, de garder une partie et de lui apporter le reste avec consignes de trouver une justification pour combler le vide savent de quoi je parle.  Le sieur Bagna, membre de la commission avec les offres de son restaurant croquembouche qu’il a imposé à la commission et qui fait manger des repas avariés et surfacturés aux gens en sont des preuves tangibles.  Les magouilles et les surfacturations qui ont émaillés l’achat des véhicules, les matériel de sonorisation, le traitement des chauffeurs, la communication, sont épouvantables. Les partenaires leur demandent de clarifier le rapport financier, cela bloque aujourd’hui le processus de la CVJR.

A qui faut-il donc faire confiance au Togo.

A personne.

Ecoutez, Rodrigue, dites moi, les 500 francs CFA récoltés aux postes frontaliers, Aflao, Hilla Kondji, et autres entrent dans quelles  caisses.

Lorsque l’on envoie nos valeureux soldats à des missions internationales, les nations unies ont un montant standard pour ces braves soldats. Normalement, pour une mission de 6 mois, l’agent qui est allé risquer sa vie devrait revenir avec plus de dix millions de francs CFA. Vous savez combien l’Etat major des forces armées leur donne, à peine deux millions. Juste de quoi s’acheter une moto Sanili et se payer un quart de lot loin de Lomé.

Voila la réalité et aucun pays ne peut se développer avec ces marques assez pudibondes en matière de gouvernance.

Malgré la création de la Cour des Comptes et l’engagement des autorités togolaises à lutter contre la corruption, le Togo est l’un pays les plus corrompus au monde selon le dernier rapport de Transparency International publié en octobre dernier où le Togo occupait en 2010 la 134è place sur 178 pays. Dans le classement Doing Business de la Banque Mondiale le Togo occupait la 160ème place sur 183 pays. La presse dans son ensemble continue par dénoncer l’opacité et la mauvaise gestion des biens publics.

Voici le classement de ces dernières années : 2012 : 128e sur 174 pays, 2011 : 143e sur 182 pays, 2010 : 134e sur 178 pays, 2009 : 111e sur 180 pays, 2008 : 121e sur 180 pays. On est presque les avant derniers. Mais on crie à la victoire d’avoir gagné 15 places, c’est un véritable scandale.

A l’aéroport j’ai été surpris que je rentrais récemment que les agents de sécurité étaient sur le qui vive et évitaient de serrer même la main, de peur que les camera ne filment ces actions qui frisent la corruption et pourquoi justement, parce que récemment le conseil des ministres a présenté une vidéo des agents indélicats de l’aéroport qui excellaient dans la corruption. Ils ont été balayés. C’est un exploit à expérimenter dans les autres secteurs. Le port, la douane, les impôts, les administrations etc.

L’un des secteurs les plus corrompus également au Togo est le domaine des travaux publics. C’est le record Guinness. Depuis l’attribution de marché jusqu’à la finition des travaux, tout est pourri. C’est pourquoi les travaux sont mal exécutés et n’ont pas de durabilité.

Après une visite des chantiers avec des ingénieurs de génie civil, tous les chantiers en route de Lomé ne feront pas plus de trois ans avant de commencer à dégouliner.

La preuve, la voie qui rallie GTA à Kégué en passant par la nouvelle présidence s’affaisse déjà. Le boulevard du 13 janvier connaît déjà des contorsions. Les autres ont du mal à livrer les travaux, côté Agbalepedo – Agoué, côté zone portuaire, etc. C’est de même dans les travaux.

Allez à la nouvelle direction de Togocel, vous constaterez que les carreaux utilisés ne sont pas adaptés, on a acheté les moins chers, et puis la construction du bâtiment est faussée. On sent de la fraicheur sur la dalle, trois ans, ce sera à refaire. La nouvelle direction des impôts financée à cout de milliard est un scandale. J’ai peur pour les agents qui sont la parce que l’étanchéité n’est pas de règle dans ces travaux avant livraison. On a bouffé beaucoup d’argent.

Un autre aspect qui est aussi révélateur de la haute corruption est le maintien à leurs postes pendant de longues durées de certaines personnes. Le sieur Koffi Walla de la caisse nationale de sécurité sociale reste malgré sa gestion opaque à ce poste près de 15 ans après son admission à la retraite. Pekemsi de la Lonato, Kogoé de la SALT, etc.

Pire, des gens cumulent les fonctions. Victoire Dogbé, Directrice de cabinet, Ministre du développement à la base, de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes. Elle est en même temps président du  conseil d’administration de plusieurs sociétés d’Etat.

Fogan Adegnon, Maire de Lomé nommé, qui ne fout rien bien entendu et en même temps Directeur général du Port. Allez demander au contre amiral Adegnon s’il n’a pas crée une société fictive très stratégique au port qui est dirigée par une de ses maîtresses à qui il remet l’essentiel des marchés avec des surfacturations. Allez lui demander.

Il y a un autre volet. Les biens mal acquis. Tous ces hommes qui ont des maisons et des hôtels partout, à Lomé, dans les pays africains et en Europe. Ils gagnent combien et on trouvé l’argent où. Ce sont les fonds de l’Etat. L’argent du contribuable togolais. Ils dilapident en toute impunité et je parie qu’ils répondront tôt ou tard de leurs actes de crimes économiques.

Pour poursuivre, le projet Contour Global est le plus scandale financier. C’est un groupe de personnes composé entre autres du conseiller du Chef de l’Etat Barry Moussa Barqué, qui se trouve être le Président du Conseil d’administration qui en font un business personnel. On envisage une augmentation du prix de l’électricité pour répondre au financement du projet et se partager le bénéfice. La moitié ou le tiers de l’argent qui a été investit pour financer Contour Global pouvait servir d’après les experts à financer la construction du barrage d’Adjrala qui sera bénéfique sur deux plan. Fournir plus de mégawatt, faciliter les activités de pêche sur la chute du barrage, et dépenser moins de carburant. Mais pour des bénéfices personnels, le projet  a été détourné. Le contribuable togolais vont se payer cela sur 25 ans.

Vous savez, le plus fidèle des disciples de Jésus, jean qui se l’appropriait le plus a écrit que Jésus a encore fait beaucoup de choses que le monde ne pourrait contenir si son se mettait à les écrire, c’est de cette même façon qu’il y a beaucoup d’autres facettes de la corruption au Togo. On pourrait en parler sans s’épuiser jusqu’à la fin du monde…

Carlos Komlanvi KETOHOU, Journaliste et Défenseur des Droits de l’Homme.

NB. Un bref extrait de ce dossier a été débattu ce mercredi, 12 décembre 2012   sur Radio Légende FM à Lomé

 Source : FMliberte.com

Autres articles pouvant également vous intéresser: