« NON A LA PROFANATION DES CIMETIERES A AGOE-NYIVE »

FacebookTwitterGoogle+

 « NON A LA PROFANATION DES CIMETIERES A AGOE-NYIVE »

 

C’est dans une ambiance particulière électrique, avec une forte présence des forces de l’ordre,  que le Député ADRA Kossi Sévéamenou, du Groupe Parlementaire ANC, a tenu une conférence de presse, ce mardi 03 novembre 2015, à Agoé-Nyivé pour dénoncer les violations répétées de droits des populations, par le Préfet Mélébou et le Président de la Délégation spéciale, Aboka.

Lire l’intégralité de la déclaration  de la conférence de presse.

 

Déclaration liminaire

LES POPULATION DU GRAND AGOE-NYIVE DANS LA PREFECTURE DU GOLFE  DESAVOUENT LE PREFET MELEBOU, LA DELEGATION SPECIALE ET SON PRESIDENT ABOKO

Les fonctions de préfet et celle de la  Délégation spéciale ne révèlent pas un on vouloir du prince. Elles sont régies par les lois de la République. Or le tout puissant Préfet du Golfe a choisi de fouler aux pieds tous les textes dont il est sensé avoir connaissance, violant ainsi les droits des populations. La haine  et le mépris qu’il nourrit envers ses administrés depuis sa nomination en sont les preuves. L’administration du Préfet Mélébou est caractérisée par :

-          Des relations conflictuelles avec les chefs de cantons

-          Des menaces permanentes  de destitution des chefs  de village  et de quartier

-          Manque de courtoisie  vis-à-vis des responsables politiques de tout bord

-          Division du personnel de la préfecture  du Golfe  en pro et anti Mélébou.

M. Mélébou a certainement  été à la même école  que le Président de la Délégation Spéciale M. Aboka, puisque les deux  se complète dans l’arbitraire, la mal gouvernance  et la perversité.

Quant à M. Aboka, son long mandat  en cour à la tête  de notre collectivité locale est marqué par

-l’opacité de la gestion financière  du patrimoine du Golfe

-l’élaboration du budget de la préfecture à huit clos

-le refus de publication des budgets  et leur exécution sans contrôle de légalité

-des recrutements anarchiques et népotique de personnel

-l’attribution fantaisiste des salaires…

Ces deux premiers responsables de l’administration locale du Golfe rendent la vie difficile aux populations. Quand Aboka démolit  les maisons des vivants, Mélébou met  à sac les dernières demeures de nos chers disparus. La profanation et la destruction du cimetière d’Apélébuimé, aux cours du dernier trimestre de l’année 2011, ont suscité de nombreuses manifestations de la part de la population ainsi qu’une vive  réaction de l’ANC par sa fédération du Golfe Nord. Une lettre a été adressée à M. Mélébou le 12 décembre 2011 pour attirer son attention sur un certain nombre  de choses contre lesquelles les populations  s’insurgent. M. Mélébou continue par commettre  ce sacrilège  en toute tranquillité et en toute impunité

Je ne vous apprends rien en vous disant que les nécropoles ont toujours été pour les peuples et les civilisations des sites culturels et cultuels. Culturels par la beauté architecturale des sépulcres qui traduit l’art  et la culture des peuples à travers l’histoire. Culturels  par le rite et le culte des morts, deux pratiques très importantes dans toutes les religions.

Ainsi, pour assurer leur pérennité, les instruments juridiques tant nationaux qu’internationaux exigent la protection des cimetières, lieux de souvenirs et de recueillement, même en temps  de conflit armé. Nonobstant toutes ces dispositions, M. Mélébou, malgré une opposition ferme de ces administrés, exécute son funeste projet de destruction systématique  de ces lieux de souvenirs et de recueillement.

  • Hier, ce fut le cimétère d’Apélébuimé en face du supermarché Leader Price à Agoé-Nyivé. Le motif évoqué en 2011 au moment de la destruction est la transformation de ce site en un grand carrefour.

Mesdames, Messieurs, où est ce grand carrefour ?

  • Aujourd’hui c’est le cimetière de Houmbi, quartier royal. La raison évoquée est la construction d’une retenu d’eau. Or, les notables, les personnes ressources et les responsables des CDQ (Comité de Développement des Quartier) affirment que ce projet n’affecte  nullement le cimetière dont le préfet a déjà ordonné l’exhumation des corps et restes il ya  quelques semaines.
  • Demain, ce sera  le grand cimetière d’Atsanvé. Le Préfet Mélébou invoque les travaux d’agrandissement de la nationale N° 1, alors qu’un contournement est possible comme le cas des localités de Davié et de Tsévié dans le Zio.

Les populations du Grand Agoé-Nyivé (canton d’Agoé-Nyivé, de Togblkékopé, de Sanguéra, de Légbassito et de vakpossito)sont meurtries et traumatisées par ces pratiques moyenâgeuses du préfet, contraire à la législation, à la morale et à l’éthique . A travers  l’exécution des ces funestes projets, nous redoutons l’effacement de notre mémoire, et la disparition de notre cité originelle d’Agoé-Nyivé de la carte du Togo. Aucune communauté de notre pays ne saurait accepter des faits aussi graves et inadmissibles.

C’est pourquoi depuis cette tribune, nous disons NON.

  • NON à cette politique d’effacement de notre culture et de notre mémoire.
  • NON à la destruction de nos cimetières et à la profanation des tombes de ceux qui nous sont cher et qui nous ont précédés dans l’au-delà.
  • NON à la transformation de notre habitat en autoroutes.

Nous saisissons cette occasion pour demander au chef de l’Etat et au gouvernement de prendre leurs responsabilités pour la triomphe de la loi dans la préfecture du Golfe :

  • en invitant le Préfet  à surseoir  à la destruction des cimetières
  • en procédant à la nomination d’un nouveau préfet pour le Golfe capable de respecter et d’écouter ses administrés.
  • En organisant les élections locales  et en érigeant tous les cantons de la préfecture  du Golfe en commune urbaine qui seront dotées des conseils municipaux élus par les populations elles-mêmes

Pour finir, nous nous félicitons des initiatives de nos ainés réunis au sein du RAD-GOLFE (renaissance Action pour le Développement du Golfe) dont les démembrements sont :

UCAD (Union de la Communauté d’Agoé-Nyivé pour le Développement)

BNC  Bè Notre Communauté)

GSAD (Groupe solidaire d’Aflao pour le Développement).

Conformément  à leurs différents statuts, nous leur demandons d’user de tous les moyens afin que les populations du Golfe puissent être respectés et écoutés par tous les milieux  de décision politique, administrative et socio-économique du pays.

 

Fait à Agoé-Nyivé, le 3 Novembre 2015

Signé

DRA Kossi Sévéaménou

  • 2015-11-03-depute-dra-conf-presse-agoenyve-01

    2015-11-03-depute-dra-conf-presse-agoenyve-01

  • 2015-11-03-depute-dra-conf-presse-agoenyve-02

    2015-11-03-depute-dra-conf-presse-agoenyve-02

  • 2015-11-03-depute-dra-conf-presse-agoenyve-03

    2015-11-03-depute-dra-conf-presse-agoenyve-03

  • 2015-11-03-depute-dra-conf-presse-agoenyve-04

    2015-11-03-depute-dra-conf-presse-agoenyve-04

  • 2015-11-03-depute-dra-conf-presse-agoenyve-05

    2015-11-03-depute-dra-conf-presse-agoenyve-05

 

 

Autres articles pouvant également vous intéresser: