Meeting de CAP 2015 à Ablogamé: ” Il s’agit pour nous désormais, de démanteler tout le système de fraude mis en place par le régime RPT/UNIR pour tronquer le suffrage populaire au Togo.”

FacebookTwitterGoogle+

 GRAND MEETING DE CAP 2015 A ABLOGAME

«  Nom au coup de force électoral du 28 avril 2015 »

 

A l’appel des partis politiques,  Alliance Nationale pour le Changement (ANC), Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA),  Pacte Socialiste pour le Renouveau (PSR) et Union des Démocrates Socialistes du Togo (UDS-Togo), qui constituent  CAP 2015, les populations de Lomé et ses environs ont massivement, pris  part au meeting d’information et de sensibilisation de ce samedi 12 septembre 2015, au stade ASFOSA  d’Ablogamé, pour ensemble, dénoncer  le coup de force électoral du 28 avril 2015, condamner le pillage des ressources nationales ainsi que la cherté de la vie au Togo et exiger la libération de tous les prisonniers politiques, notamment Kwami MANTI, Mohamed LOUM, Ignace MISSINHOUN, Séna AMAVI, Josué Sovi YALU et Hervé SENOU, arbitrairement détenues dans l’affaire des incendies des marchés de Kara et de Lomé, sans oublier Laurent Yao KPOGO, Bonéro LAWSON-BETUN, Kpatcha GNASSINGBE et Pascal BODJONA.

C’est sous un tonnerre d’applaudissements le Président Jean–Pierre FABRE,  Madame Brigitte Kafui ADJAMAGBO-JOHNSON, Me Abi TCHESSA et Dr HOUKALI  ont été accueillis vers 16h.

Après la prière d’ouverture, l’hymne nationale et une minute  de silence en mémoire de nos frères de lutte disparus, ceux le Vice-président Patrick LAWSON –BANKU a donné lecture  Celui-ci a à travers une déclaration de quatre pages, dénoncé, de la déclaration ci-dessous :

CAP 2015

ANC – CDPA – PSR – UDS-TOGO

367, rue Koutimé, Quartier Bè-Kamalodo  06 BP 6123 Lomé 06  Tél. : 22 41 20 89   Lomé, Togo   www.anctogo.com  Email :secgen@anctogo.com

MEETING DU 12 SEPTEMBRE 2015

(Stade d’ASFOSA à Ablogamé)

DECLARATION

Non au coup de force électoral du 28 avril 2015

 

Le mardi 11 août 2015, l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA), le Pacte Socialiste pour le Renouveau (PSR) et l’Union des Démocrates Socialistes du Togo (UDS-Togo), constituant la Coalition CAP 2015, ont organisé à Lomé, à l’Hôtel Ibis, une conférence de presse qui a permis de rendre public un mémorandum sur le coup de force électoral du 28 avril 2015, perpétré par le régime RPT/UNIR.

En effet, malgré un vote franc et massif des populations en faveur de l’alternance et du changement incarnés par le candidat de CAP 2015, M. Jean-Pierre FABRE, notre pays demeure la proie d’un système archaïque et rétrograde qui a usurpé le pouvoir d’Etat et s’y maintient par la force, la fraude électorale, la violence, les violations de la Constitution, des lois ainsi que des droits et libertés des citoyens. Un système prédateur qui organise et entretient au Togo, le tribalisme, le pillage des ressources nationales et la mal gouvernance. Un système qui contraint les populations togolaises à la précarité, au dénuement et à la misère.

Le mémorandum confirme la réalité du coup de force et met à nu le rôle joué par la CENI, la Cour Constitutionnelle, la HAAC, le gouvernement et le parti au pouvoir ainsi que certaines associations de la société civile dans l’organisation et le déroulement de la présidentielle du 25 avril 2015 au Togo.

Il apparaît très clairement que tous œuvraient de concert et rivalisaient de zèle pour assurer, par tous les moyens (violence, fraude, achats de votes, brutalités et voies de fait, menaces, harcèlements etc.), le maintien en place du système RPT/UNIR.

CAP 2015 entend poursuivre devant les juridictions appropriées les acteurs dûment identifiés de ce coup de force électoral, notamment les ministres, les députés, les directeurs de sociétés publiques, les préfets, les chefs traditionnels, les présidents de Délégations spéciales, les cadres, les ‘’points focaux’’ et les miliciens du RPT/UNIR, qui ont organisé et pris part aux bourrages d’urnes, aux achats de vote, aux traficotages des résultats et aux falsifications des procès-verbaux des bureaux de vote et des CELI, etc.

D’ores et déjà, des éléments de preuves et des témoignages concordants sont réunis en ce qui concerne les préfets de la Kéran et de Doufelgou ainsi que les présidents des CELI de ces préfectures, qui ont signé en blanc et distribué des procurations aux populations, en violation flagrante de la loi. Il s’agit pour nous désormais, de démanteler tout le système de fraude mis en place par le régime RPT/UNIR pour tronquer le suffrage populaire au Togo.

S’agissant de la communauté internationale, elle s’est illustrée par une fixation sur le caractère ‘’apaisé’’ du scrutin, au point d’en occulter les autres aspects tout aussi essentiels, tels que la transparence, l’honnêteté et l’équité du processus électoral.

La participation de la coalition CAP 2015 à ce scrutin a permis de démasquer tous les soutiens et les défenseurs du régime de dictature qui prétendent lutter pour le changement auquel aspirent les populations togolaises. Aujourd’hui, beaucoup de nos concitoyens qui en doutaient encore, sont largement édifiés et savent désormais à quoi s’en tenir dans le combat pour l’alternance politique :

  • Comment peut-on valider, signer et certifier les résultats d’un scrutin que l’on prétend boycotter ?
  • Comment peut-on tout à la fois appeler au boycott d’un scrutin et faire campagne pour le candidat auquel l’on prétend s’opposer ?
  • Comment peut-on revendiquer son appartenance à l’opposition, prétendre défendre les aspirations des populations togolaises tout en pourfendant les autres partis de l’opposition et en soutenant le candidat du parti UNIR ?

La coalition se félicite de la clairvoyance des populations togolaises qui, aussi bien sur le territoire national que dans la diaspora, comprennent les véritables enjeux de l’heure et adhèrent entièrement au Combat pour l’Alternance Politique de CAP 2015.

Pour sa part, la coalition CAP 2015, qui a choisi clairement et sans équivoque de poursuivre avec les populations togolaises la lutte âpre et déterminée contre la dictature, renouvelle son engagement à œuvrer résolument à l’instauration de la démocratie, de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance au Togo.

A cet égard, CAP 2015 dénonce et condamne encore une fois le coup de force électoral du 28 avril 2015. Il dénonce et condamne également la persistance des violations des droits et libertés des citoyens et les harcèlements des professionnels des médias privés ainsi que la mauvaise foi et le manque de volonté du régime RPT/UNIR de mettre en œuvre les recommandations de la CVJR, notamment en ce qui concerne les réformes prescrites par l’APG.

CAP 2015 fustige le pillage des ressources du pays et la mal gouvernance organisés et entretenus par le même régime et relevés récemment encore, par les rapports de nombreuses institutions internationales. Ainsi :

  • Dans son rapport sur le Togo publié en avril 2015, le Fonds Monétaire International (FMI) constate à son tour le manque total de volonté du gouvernement RPT/UNIR d’opérer les réformes nécessaires aux plans politique, économique et financier pour hisser le pays à un standard de gouvernance permettant d’assurer efficacement la croissance et le développement. Les recommandations relatives à l’assainissement des finances publiques sont demeurées lettres mortes. Le FMI relève en particulier le retour à un endettement anarchique de l’Etat sur les marchés, notamment dans le domaine des financements des infrastructures pour lesquelles des dons et des prêts concessionnels sont pourtant disponibles dès lors que le gouvernement accepte de remplir les conditionnalités des institutions internationales de financement du développement.

De fait, le Togo affiche aujourd’hui, le niveau de dette intérieure le plus élevé des pays de l’UEMOA, avec pour conséquence le ralentissement des activités des entreprises qui voient leurs capacités d’extension et de création d’emplois affaiblies, favorisant ainsi un chômage endémique des jeunes.

  • Le rapport du Cabinet International Moore Stephens, que vient de rendre public l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE), au titre de l’année 2013, confirme qu’au Togo, la nature et les quantités de minerais exploitées et exportées ne font l’objet d’aucun contrôle tandis que les ressources publiques continuent d’être largement exposées à la gabegie, à la corruption et au détournement de fonds, en empruntant des circuits parallèles qui échappent à la comptabilité publique. Aucune traçabilité des sommes encaissées par l’Etat et aucune cohérence avec les versements déclarés par les sociétés minières.

Il en est ainsi des redevances payées par la Société Africaine de Dragage (SAD) et la Société Nouvelle des Phosphates du Togo (SNPT). Il en est également ainsi des fonds versés à l’Autorité de Régulation du Secteur de l’Electricité (ARSE).

De plus, de connivence avec les sociétés minières, le gouvernement se refuse à faire appliquer la loi de mai 2011 qui garantit la contribution des sociétés minières au développement des localités affectées par les exploitations. Cette loi est ainsi violée outrageusement par les sociétés minières au détriment des populations des localités concernées.

  • Le rapport du Cabinet International Grant Thornton sur la passation des marchés publics au Togo en 2012, commandé par l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP), après les rapports au titre des gestions 2010 et 2011, note que l’opacité demeure la règle dans l’attribution et l’exécution des marchés publics. Ces marchés sont attribués en toute opacité à des amis et proches aux qualifications douteuses. Aucune autorité contractante ne respecte les dispositions réglementant la passation des marchés. Les plus graves violations de ces dispositions sont notées au niveau de la primature, du ministère des Finances, du ministère de la Défense et d’une vingtaine d’autres entités parmi lesquelles, les ministères des Travaux publics, de l’Agriculture et de la Santé, le Port Autonome de Lomé, TOGOCEL, TOGOTELECOM, LONATO, la Société des Phosphates, la CEET et la Togolaise des Eaux.

Le rapport relève que plus de la moitié des marchés passés en 2012 ont été abusivement approuvés par des personnes non habilitées tandis que près du tiers de ces marchés l’ont été sans aucune conformité avec les textes en vigueur. Autant de manquements graves qui entrainent la nullité des marchés concernés, mais qui laissent indifférente l’Autorité de Régulation.

CAP 2015 constate avec réprobation que l’un des objectifs du coup de force électoral d’avril 2015 est précisément de couvrir les mauvaises pratiques et les opérations illicites relevées dans les rapports précités ainsi que les dérives telles que l’augmentation injustifiée des prix des produits pétroliers dans un contexte de cherté de la vie au Togo et de chute des prix du baril de pétrole sur le marché international, les flux financiers illicites, les spoliations des citoyens et des communautés de leurs terrains et de leurs maisons, le refus de faire respecter les normes de sécurité des ouvriers dans les entreprises, notamment celles de la zone franche, le refus de satisfaire aux revendications légitimes des travailleurs en quête de conditions décentes de vie et de travail, etc.

CAP 2015 constate en outre, que pour couvrir le coup de force électoral d’avril 2015 et revendiquer une légitimité au plan international, le régime RPT/UNIR organise un tintamarre folklorique autour de la sécurité maritime, un sujet pourtant sérieux et éminemment stratégique. Ainsi, les autorités togolaises s’abritent derrière cet important sujet d’actualité, pour bafouer les intérêts et les droits des citoyens et se soustraire à la prise en compte du quotidien des Togolais.

CAP 2015 reste convaincu que la sécurité maritime ne saurait être préservée efficacement et durablement dans un environnement tel que celui organisé et entretenu par le pouvoir RPT/UNIR et qui demeure caractérisé par le règne de l’arbitraire, la corruption jusqu’au sommet de l’Etat, les tractations mafieuses et les trafics de tous genres ainsi que le non-respect des engagements pris par le gouvernement aussi bien au plan national qu’au plan international.

CAP 2015 fustige par ailleurs, les violations outrageantes des droits de l’homme par le pouvoir RPT/UNIR et exige la libération immédiate et sans condition de tous les prisonniers politiques, notamment les personnes arbitrairement détenues dans l’affaire des incendies des marchés de Lomé et de Kara, et qui sont constamment l’objet de tortures, de brutalités et de sévices corporels.

Il s’agit en l’occurrence de :

  • Kwami Manti, malade, transféré à Tsévié
  • Mohamed Loum alias Tomety Toussaint, malade, transféré à Kara
  • Ignace Missinhoun, malade, transféré à Sokodé et en grève de la faim
  • Séna Amavi, malade, transféré à Atakpamé
  • Christophe Agbégnézi, malade, transféré à Anèho
  • Josué Sovi Yalu, malade, maintenu en détention à Lomé
  • Hervé Sénou, malade, maintenu en détention à Lomé

Il s’agit également de :

Laurent Yao Kpogo, Bonéro Lawson-Bétum, Pascal Akoussoulèlou Bodjona, Kpatcha Gnassingbé et co-détenus.

CAP 2015 en appelle solennellement au Chef de l’Etat pour que tous ces prisonniers politiques soient élargis, que toutes les inculpations arbitraires qui frappent les dirigeants, militants et sympathisants des partis de l’opposition soient levées et que toutes les personnes contraintes à l’exil, notamment celles dont les noms suivent, puissent rentrer librement au pays et retrouver leurs familles et leurs proches.

Il s’agit de :

Alexandre Amorin, Guy Yaovi Amévor, Anicet Lawson-Ananiso, Lassissi Sanoussi, Olivier Poko Amah, François Akila Esso Boko, Bertin Agbah, Koffi Kounté.

En réitérant leur engagement ferme à poursuivre la lutte de libération du Togo, l’ANC, la CDPA, le PSR et l’UDS-Togo appellent toutes les forces vives de la nation togolaise à se mobiliser ensemble avec CAP 2015 pour mettre fin à 50 ans de forfaiture, d’imposture, de mal gouvernance et de violations répétées des droits et libertés des citoyens dans notre cher pays le Togo.

L’ANC, la CDPA, le PSR et l’UDS-Togo exhortent encore une fois les pays amis et les partenaires de la coopération bilatérale et multilatérale à s’investir résolument pour aider à édifier un Etat de droit au Togo et à mettre un terme aux dérives du régime RPT/UNIR qui maintiennent notre pays en marge des processus de démocratisation et des pratiques de bonne gouvernance engagés sur le continent africain. La paix et la sécurité, la transparence et l’équité des élections ainsi que l’alternance politique au Togo sont à ce prix.

 

La lutte populaire est invincible !

Fait à Lomé, le 12 septembre 2015

Pour CAP 2015

Le Directeur de Campagne

Signé

Patrick LAWSON-BANKU

 

Se sont ensuite succédés sur le podium, Pascal ADOKO, Premier Secrétaire Général Adjoint de la CDPA, Me Abi TCHESSA, Co-président de CAP 2015, Brigitte Kafui ADJOAMAGBO-JOHNSON, Co-présidente de CAP 2015 et Jean-Pierre FABRE, candidat victorieux de CAP 2015 à la présidentielle de 2015.

Pour  Me Abi TCHESSA, le temps de dire NON à la violation des droits de l’homme a sonné au Togo : « Aujourd’hui, la force doit revenir à la loi. Aujourd’hui, la force doit revenir au Peuple Togolais, seul détenteur du pouvoir. Regardez  comme nous sommes nombreux cet après-midi. Nous sommes  assez nombreux pour exiger l’alternance politique dans notre pays. En effet,  nous avons gagné les élections  et il est temps  que nous puissions exercer le pouvoir que peuple nous a confié à travers son suffrage largement accordé à notre candidat, Jean-Pierre FABRE.  Si Faure GNASSINGBE a usé de la ruse en 2005 et 2010,  qu’il sache que cela suffit et que  la même stratégie de fraude  n’est plus possible en 2015.  Le Peuple Togolais doit désormais prendre son destin en main et se battre pour se libérer. »

Mme Brigitte Kafui ADJAMAGBO-JOHNSON, pour sa part, a appelé les populations togolaises à se mobiliser pour prendre le pouvoir « par le bas, tout comme par le haut… ».  Pour elle, la lutte contre la dictature implique un combat permanent, à tous les niveaux, à tous les échelons, laissant ainsi entendre que CAP2015 n’abandonnera aucune piste pour redonner la souveraineté au Peuple Togolais, faire de notre pays un Etat de droit, un Etat démocratique un Etat de la bonne gouvernance, un Etat juste.

Prenant la parole pour conclure,  le Président Jean-Pierre FABRE a  fustigé en ces termes, les fossoyeurs de la République, les faux démocrates, les menteurs : « ceux sont les démocrates qui consolident la démocratie et non les dictateurs, les dirigeants véreux. Ce ne sont pas non plus, des  politiques basées sur la fraude, la force brute, le mensonge, le vol, la corruption, l’arbitraire, le népotisme, qui consolident la démocratie. Il est temps d’en finir  avec ces imposteurs et leurs stratégies de mensonges et de désinformations.  Heureusement que le Peuple Togolais vigilant, sait qui incarne réellement ses aspirations profondes. Je reste persuadé que bientôt, très bientôt, le Peuple souverain prendra son destin en main et mettra définitivement un terme à ce régime politique fondé sur l’arbitraire, la dictature et l’injustice. » . Le Président Jean-Pierre FABRE a saisi l’occasion pour remercier, une fois encore les populations Togolaises pour leur confiance et annoncer une prochaine tournée nationale à la rencontre de chacune et chacun d’elles.

  • anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-01

    anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-01

  • anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-02

    anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-02

  • anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-03

    anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-03

  • anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-04

    anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-04

  • anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-05

    anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-05

  • anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-06

    anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-06

  • anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-07

    anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-07

  • anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-08

    anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-08

  • anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-09

    anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-09

  • anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-10

    anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-10

  • anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-11

    anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-11

  • anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-12

    anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-12

  • anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-13

    anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-13

  • anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-14

    anc-cap-meeting-ablogame-12-sept-2015-14

Autres articles pouvant également vous intéresser: