Le CST exige la libération inconditionnelle et immédiate, l’annulation des poursuites à l’encontre de tous les responsables et militants du CST

FacebookTwitterGoogle+

cst DÉCLARATION

Libération inconditionnelle et immédiate et annulation des poursuites à l’encontre

de tous les responsables et militants du Collectif « SAUVONS LE TOGO », arbitrairement

arrêtés ou inculpés dans l’affaire de l’incendie criminel des marchés au Togo

Depuis le dimanche 13 janvier 2013, une vague d’arrestations arbitraires a été déchaînée par le régime de Faure Essozimna GNASSINGBE et ses institutions (Gendarmerie, Justice) contre le Collectif « SAUVONS LE TOGO », suite à la série de manifestations pacifiques publiques baptisées les « derniers tours de Jéricho, 1ère étape » auxquelles le Collectif a appelé les 10, 11 et 12 janvier 2013 et contre laquelle une grossière provocation a été montée.

En effet, dans la nuit du 09 au 10 janvier 2013, survenait l’incendie du Grand marché de Kara suivi, deux jours plus tard, dans la nuit du 11 au 12 janvier 2013, de celui du Grand marché de Lomé, événements dont les autorités togolaises ont hâtivement imputé, de façon malveillante et gratuite, la responsabilité au Collectif « SAUVONS LE TOGO ».

Le Collectif « SAUVONS LE TOGO » tient à rappeler que, dans la déclaration qu’il a rendue publique le 23 mai 2013, il a condamné et dénoncé cette mise en accusation fantaisiste comme suit : « Tout indique qu’il s’agit d’une nouvelle machination du gouvernement togolais et de ses représentants, s’inscrivant dans le cadre du processus qu’ils ont engagé pour tenter de décapiter l’opposition afin d’organiser unilatéralement les élections législatives à venir par un coup de force dont ils sont en train de réunir les ingrédients comme en 2005 ».

Depuis lors, la rétractation et la série de révélations du principal accusateur, Mohamed LOUM alias Toussaint TOMETY, ce jeune homme qui a été torturé et manipulé par les autorités togolaises pour faire les fausses déclarations qui ont essentiellement servi à monter les accusations fantaisistes sur la base desquelles ont été inculpés et incarcérés les membres  du Collectif « SAUVONS LE TOGO », sont venues confirmer de façon indiscutable cette prise de position.

Alors que les responsables et militants emprisonnés vivent dans des conditions carcérales des plus déplorables où nombre d’entre eux subissent la torture et d’autres traitements cruels, inhumains et dégradants qui ont notamment conduit à la mort de l’un d’entre eux : Etienne YAKANOU, les autorités togolaises restent sourdes aux appels exigeant que justice leur soit rendue.

C’est pourquoi le Collectif « SAUVONS LE TOGO » en appelle à l’intensification de la mobilisation nationale et internationale pour exiger :

— A) la constitution d’une commission internationale d’enquête indépendante à l’effet de :   

yakanou

  • faire toute la lumière sur l’assassinat par manque de soins à la Gendarmerie nationale, le jeudi 16 mai 2013, d’Etienne YAKANOU, membre de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), président de sa sous-section Avé-Maria et membre de son bureau fédéral de la Préfecture du Golfe, arbitrairement arrêté et détenu pendant quatre mois à la Gendarmerie nationale ;
  •  rechercher, faire arrêter, juger et châtier tous les véritables auteurs et commanditaires de ces incendies criminels des marchés au Togo.

 

— B) la libération inconditionnelle et immédiate de tous les militants et responsables arbitrairement arrêtés et détenus dans l’affaire de l’incendie des marchés du Togo parmi lesquels on compte notamment :

 

1°)  1_amah le Chef d’escadron Olivier Poko AMAH, président de l’Association des victimes de la Torture au Togo (ASVITTO), membre du Collectif « SAUVONS LE TOGO », convoqué à la Gendarmerie nationale puis présenté au doyen des juges d’instruction qui l’a déféré à la Prison civile de Lomé le lundi 27 mai 2013 pour un fallacieux motif d’« incitation de l’armée à se détourner de son devoir », transféré en toute illégalité à la Prison civile de Mango, à plus de 500 km de Lomé, le mercredi 29 mai 2013.
2°)  2_Abass Frédéric Abass KABOUA, président du Mouvement des républicains centristes (MRC), membre du Collectif « SAUVONS LE TOGO », convoqué à la Gendarmerie nationale puis inculpé et mis sous contrôle judiciaire par le doyen des juges d’instruction le mardi 12 mars 2003, convoqué pour une audition au Palais de Justice de Lomé le mercredi 29 mai 2013 par le doyen des juges d’instruction qui l’a déféré à la Prison civile de Lomé d’où il a été transféré, en toute illégalité, dans la soirée du même jour, à la Prison civile de Notsé, à plus de 90 km de Lomé.
3°)  3_Adja Gérard ADJA, vice-président de l’Organisation pour bâtir dans l’union un Togo solidaire (OBUTS), arrêté le dimanche le dimanche 13 janvier 2013 et détenu en toute illégalité, depuis lors, à la Gendarmerie nationale, en violation flagrante de la réglementation sur la détention préventive.
4°)  4_Kpogo Alphonse KPOGO, secrétaire général de l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI), arrêté à son domicile le mercredi 23 janvier 2013 et détenu en toute illégalité, d’abord à la Gendarmerie nationale, puis à la réserve de la Gendarmerie nationale à Cacavéli (dans la banlieue nord de Lomé), en violation flagrante de la réglementation sur la détention préventive.
5°)  5_Bode Tchakoura BODE, membre du bureau exécutif du Pacte socialiste pour le renouveau (PSR) et trésorier du CST, arrêté à son domicile le 23 février 2013, à 5H du matin, par le Capitaine Akakpo et ses éléments, détenu en toute illégalité à la réserve de la Gendarmerie nationale à Cacavéli, en violation flagrante de la réglementation sur la détention préventive.
6°)  6_Ouro Tchagnaou OURO-AKPO, député de l’ANC, arrêté au domicile d’un parent le lundi 28 janvier 2013, vers 17H, détenu en toute illégalité au Camp de la Gendarmerie Nationale à Lomé, en violation flagrante de la réglementation sur la détention préventive.
7°)  7_JeanEklou Jean EKLOU, responsable de l’ANC et Président de la Jeunesse nationale pour le changement (JNC), arrêté en janvier 2013 et détenu en toute illégalité à la Gendarmerie nationale, en violation flagrante de la réglementation sur la détention préventive.
8°)  8_Athiley Apollinaire ATHILEY, président de la sous-section ANC de Kodjoviakopé, chauffeur et garde du corps du Président national de l’ANC, Jean-Pierre FABRE, arrêté le jeudi 24 janvier 2013 et détenu en toute illégalité à la réserve de la Gendarmerie nationale à Cacavéli, en violation flagrante de la réglementation sur la détention préventive.
9°)  9_Agbegnezi Christophe Komlan AGBEGNEZI, militant de l’ANC, arrêté en janvier 2013 et détenu en toute illégalité à la réserve de la Gendarmerie nationale à Cacavéli, en violation flagrante de la réglementation sur la détention préventive.
10°)  10_MauriceEklou Maurice Kossivi EKLOU, militant de l’ANC, arrêté en janvier 2013 et détenu en toute illégalité à la réserve de la Gendarmerie nationale à Cacavéli, en violation flagrante de la réglementation sur la détention préventive.
11°)  11_Tairou Taïrou AKPOVI, vice-président de la fédération de l’ANC-Ogou, arrêté le dimanche 27 janvier 2013 à Atakpamé et détenu en toute illégalité à la Gendarmerie nationale à Lomé, en violation flagrante de la réglementation sur la détention préventive.
12°)  12_Loum Mohamed LOUM alias Toussaint TOMETY, jeune sympathisant de l’ANC, arrêté le 18 janvier 2013 par des éléments du Service de renseignements et d’investigation (SRI) de la Gendarmerie nationale qui l’ont sauvagement torturé pour lui arracher de fausses déclarations mettant en accusation des responsables et militants du Collectif « SAUVONS LE TOGO », détenu à la Gendarmerie nationale et transféré, après sa rétractation, à la Prison civile de Lomé et, actuellement, au Cabanon du CHU-Tokoin.
13°)  13_Senou Hervé SENOU, militant de l’ANC, arrêté en janvier 2013 et détenu en toute illégalité à la Réserve de la Gendarmerie nationale à Cacavéli, en violation flagrante de la réglementation sur la détention préventive.
14°)  14_Toupkoui Ayawo Etienne MIVEGBO-ToukPoui, militant de l’ANC, arrêté en janvier 2013 et détenu en toute illégalité à la Réserve de la Gendarmerie nationale à Cacavéli, en violation flagrante de la réglementation sur la détention préventive.
15°)  15_Missehoun Ignace MISSEHOUN, militant de l’ANC, arrêté en janvier 2013 et détenu en toute illégalité à la Gendarmerie nationale, en violation flagrante de la réglementation sur la détention préventive.
19°)  16_Nyonator Le Pasteur Godwill NYONATOR, vice-président de la sous-section ANC d’Adidogomé, arrêté le 21 janvier 2013 et détenu en toute illégalité à la Réserve de la Gendarmerie nationale à Cacavéli, en violation flagrante de la réglementation sur la détention préventive.
20°)

 

Fofo Kokou MIGAN, militant de l’ANC, arrêté en janvier 2013 et détenu en toute illégalité à la Brigade anti-gang de la Police nationale, en violation flagrante de la réglementation sur la détention préventive.
21°)

 

Ayéwa Mathieu ASSOGBA, arrêté au mois de janvier 2013 et détenu en toute illégalité à la Brigade anti-gang de la Police nationale, en violation flagrante de la réglementation sur la détention préventive.
22°)

 

Josué Sovi YALOU, militant de l’ANC, arrêté en janvier 2013 et détenu en toute illégalité à la réserve de la Gendarmerie nationale à Cacavéli, en violation flagrante de la réglementation sur la détention préventive.
23°)

 

Séna AMAVI, militant de l’ANC, arrêté en janvier 2013 et détenu en toute illégalité à la Gendarmerie nationale, en violation flagrante de la réglementation sur la détention préventive.
24°)

 

Pyabalo Aimé KAMING, responsable étudiant, arrêté en janvier 2013 et détenu à la Prison civile de Kara.
25°)

 

Tchine NAPO, enseignant, arrêté en janvier 2013 et détenu à la Prison civile de Kara.
26°)

 

Naboudja BOURAIMA, enseignant de CEG, arrêté en janvier 2013 et détenu à la Prison civile de Kara.
27°)

 

Alési TCHANGAÏ, gardien du marché de Kara, arrêté en janvier 2013 et détenu à la Prison civile de Kara.

 

— C) l’annulation inconditionnelle et immédiate de toutes les poursuites engagées à l’encontre des militants et responsables arbitrairement inculpés et mis sous contrôle judiciaire dans l’affaire de l’incendie criminel des marchés du Togo :

 

1°)  17_Agbe Agbéyomé Gabriel Messan KODJO, Président du parti politique Organisation pour bâtir dans l’union un Togo solidaire (OBUTS), membre du Collectif « SAUVONS LE TOGO », arrêté à son domicile le mercredi 16 janvier 2013, détenu à la Gendarmerie nationale en violation flagrante de la réglementation sur la détention préventive jusqu’au mois de mars, libéré et mis sous contrôle judiciaire depuis cette date.
2°)  18_Suzanne Suzanne Kafui Noukafou-DOGBEVI, présidente du regroupement des femmes de l’ANC du marché du quartier Noukafou à Lomé, arrêtée le lundi 14 janvier 2013, détenue à la Gendarmerie nationale en violation flagrante de la réglementation sur la détention préventive jusqu’au 29 mars 2013, date où elle a été mise en liberté provisoire.
3°)  19_Zeus Me Ata Messan Zeus AJAVON, Président du Collectif des associations contre l’impunité au Togo (CACIT) et coordinateur du Collectif « SAUVONS LE TOGO », convoqué au Service de renseignement et d’investigation (SRI) de la Gendarmerie nationale puis présenté au Doyen des juges d’instruction qui l’a inculpé et mis sous contrôle judiciaire le 26 mars 2013.
4°)  20_Raphael Me Raphaël KPANDE-ADJARE, Président de la Ligue togolaise des droits de l’Homme (LTDH) et secrétaire du Collectif « SAUVONS LE TOGO », convoqué au Service de renseignement et d’investigation (SRI) de la Gendarmerie nationale puis présenté au Doyen des juges d’instruction qui l’a inculpé et mis sous contrôle judiciaire le 26 mars 2013.
5°)  21_Jil Me Jil-Benoît AFANGBEDJI, Président de l’association Ensemble pour les droits de l’Homme (EDH) et trésorier du Collectif « SAUVONS LE TOGO », convoqué au Service de renseignement et d’investigation (SRI) de la Gendarmerie nationale puis présenté au Doyen des juges d’instruction qui l’a inculpé et mis sous contrôle judiciaire le 26 mars 2013.
6°)  22_JPF Jean-Pierre FABRE, Président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), convoqué au Service de renseignement et d’investigation (SRI) de la Gendarmerie nationale le mardi 12 mars 2013 puis présenté au Doyen des juges d’instruction qui l’a inculpé et mis sous contrôle judiciaire avec interdiction de sortir sans autorisation de la Commune de Lomé.
7°)  23_Napo Tchin NAPO, professeur à l’Université de Kara affecté par sanction punitive sur Lomé, enlevé par la Gendarmerie sur la route de Bafilo à Kara le 20 février 2013, arbitrairement détenu à la Prison civile de Kara et mis en liberté provisoire le 29 mars 2013.
8°)  23_Manti Nicolas Manti, Député de l’ANC, objet d’une tentative d’enlèvement à son domicile par des agents du Service de renseignement et d’investigation (SRI) déclarant exécuter un ordre de convocation de la Gendarmerie nationale au mois de janvier 2013, recherché et inculpé depuis cette date où il est l’objet d’un mandat d’arrêt international lancé par la Justice togolaise.
9°)

 

Anicet LAWSON-ANANISSOH, militant de l’ANC, recherché par la Gendarmerie nationale qui a délaissé, au siège de l’ANC, une convocation à son endroit au mois de janvier 2013, date depuis laquelle il est l’objet d’un mandat d’arrêt international lancé par la Justice togolaise.
10°)

 

Sanoussi LASSISSI, militant et gardien du siège de l’ANC, recherché par la Gendarmerie nationale qui a délaissé, au siège de l’ANC, une convocation à son endroit au mois de janvier 2013, date depuis laquelle il est l’objet d’un mandat d’arrêt international lancé par la Justice togolaise.
11°)

 

Guy AMEVO, président de la Fédération ANC de l’Ogou, recherché par la Gendarmerie nationale qui a délaissé une convocation à son endroit à Atakpamé au mois de janvier 2013, date depuis laquelle il est l’objet d’un mandat d’arrêt international lancé par la Justice togolaise.

 

Peuple togolais, par ta foi, ton courage et tes sacrifices, la nation togolaise doit renaître !

 

Fait à Lomé, le 10 juin 2013

                                                                                                                                                                                            

                                                                                                                                                      Pour le Collectif « SAUVONS LE TOGO »

SIGNE

Me Ata Messan Zeus AJAVON

Autres articles pouvant également vous intéresser: