Les incendies criminels, bientôt un an ! Conférence de presse du 6 janvier 2014

FacebookTwitterGoogle+

cst

Les incendies criminels, bientôt un an ! 

Conférence de presse du 6 janvier 2014

 

 

DECLARATION LIMINAIRE

 

Les 10, 11 et 12 janvier 2013, le peuple Togolais tout entier et les populations de Kara et de Lomé en particulier ont été soumis à un choc traumatisant, dont les effets dévastateurs sont toujours à fleur de peau. Il s’agit des incendies des marchés de Kara et de Lomé.

L’opération aux desseins machiavéliques eût pour objectif diabolique d’appauvrir les usagers desdits marchés restés jusqu’ici la « source  de vie » des milliers de concitoyens.

Dans quelques jours, nous aurons, pour chacun et chacune d’entre nous et à des degrés divers, à revivre dans nos cœurs et dans tout notre être l’abominable et ignominieux incendie des deux grands marchés du pays.

Depuis bientôt un an, c’est avec une grande tristesse que nous assistons tous aux gémissements et à la désolation de nos mamans, sœurs et frères commerçantes et commerçants qui ont assisté impuissants devant les flammes criminelles qui ont décimé, ravagé et mis à néant des générations d’efforts, de sacrifices et de privations : tant d’années d’œuvres en un seul jour effacées.

Cet acte d’une méchanceté hors norme que Méphistophélès se refuserait de poser a été imputé au Collectif « SAUVONS LE TOGO » dont les responsables et les membres sont inculpés avec ou sans mandat de dépôt, incarcérés et remis en liberté provisoire, couplés d’un contrôle judiciaire atypique et anticonstitutionnel : interdiction de sortir de la commune de Lomé et du territoire national sans autorisation préalable du juge d’instruction.

Pour le CST, la justice togolaise a accepté, volontiers d’ailleurs, de se vautrer dans un flou artistique juridique et de conduire l’enquête dans l’unique sens où les donneurs d’ordre ont voulu, en oubliant que l’instruction se fait à charge et à décharge.

Plus indécent et aberrant est cet acharnement contre le Collectif « SAUVONS LE TOGO » en lieu et place des responsables des deux marchés, de plus, ni les vigiles, ni les ministres en charge de la sécurité nationale et de l’administration territoriale n’ont été inquiétés.

Le Parti Socialiste français a parlé d’une démocratie bafouée au Togo et d’arrestations orchestrées dans les rangs de l’opposition.

Aussi devient-il impensable et inquiétant que le juge d’instruction et le procureur de la République continuent d’ignorer le rapport d’enquête du CST qui s’est somme toute acquitté d’une obligation juridique en citant nommément les commanditaires de ces incendies : n’est-ce pas la dénonciation de criminels telle que prévues par les dispositions de l’article 195 du Code pénal ?

Dans ce sens, une requête a été régulièrement transmise avec le rapport du CST au juge d’instruction et au Procureur de la République près le Tribunal de Lomé, Directeur de l’enquête.

Au lieu d’ouvrir une information judiciaire, la justice togolaise sous la botte du pouvoir, s’active à clôturer le dossier pour condamner des innocents.

En tout état de cause, il ne serait y avoir continuellement dans notre pays une justice de deux poids deux mesures ; une justice pour les gens du pouvoir, riches, forts, puissants, assurés d’une impunité à vie et une justice pour les faibles.

A cet effet, le Collectif « SAUVONS LE TOGO » salue le Rapport du HCDH à sa juste valeur et déclare solennellement que la justice togolaise est disqualifiée à connaître de l’affaire des incendies des marchés de Kara et de Lomé.

 Le CST demande instamment au HCDH, à toutes les institutions, associations de défense des droits de l’homme, à tout mettre en œuvre et à soutenir la position de la FIDH pour l’ouverture d’une enquête internationale, qui seule peut situer l’opinion nationale et internationale sur ces drames.

Par ailleurs, le Collectif « SAUVONS LE TOGO » a été abasourdi et choqué que dans son message à la nation le 31 décembre passé, le chef de l’Etat n’a daigné ni compatir avec nos mères et sœurs des marchés, ni donner des gages pour la résolution rapide et efficace de cette affaire qui a mis l’économie nationale totalement et complètement à genou.

C’est vraiment triste et pitoyable que le chef de l’Etat glose sur une pathétique embellie de l’économie nationale alors que le front social est en permanente ébullition et que les populations togolaises sont assaillies par la misère la plus abjecte.

Chers combattants pour la liberté et le changement, il est temps que le peuple togolais, tout entier et comme un seul homme, dise non une fois pour toutes à ce cynisme politique qui consiste à réduire les togolais à la pauvreté pour enfin instrumentaliser cette misère à des fins politiques.

Des esprits bien avertis soutiennent avec raison que c’est cela même le but lugubre de ces incendies criminels.

Le Collectif « SAUVONS LE TOGO », à l’occasion de la commémoration de cette tragédie, salue la mémoire du combattant de la liberté, Etienne Yakanou, détenu arbitrairement et décédé entre les mains de la gendarmerie nationale dans des conditions troubles et suspectes, la gendarmerie togolaise et le procureur de la République près le Tribunal de Lomé lui ayant refusé l’accès aux soins adéquats.

Le CST présente une fois encore ses sincères condoléances et réitère sa solidarité à son épouse et à ses enfants. Le CST salue en outre la mémoire des commerçantes et commerçants décédés à cause de ces incendies criminels. Le CST souhaite prompt rétablissement aux commerçantes et commerçants hospitalisés et traumatisés des suites de ces actes criminels.

Par ailleurs, le CST salue le courage et la détermination de tous ceux qui ont été écroués innocemment dans des conditions inhumaines dans ce ténébreux dossier et qui ont failli perdre la vie.

Le CST salue enfin le courage de tous les inculpés et de tous les militants restés debout avec dignité tout au long de cette bataille politico-juridique.

 

C’est pourquoi, pour dire plus jamais ça, compatir avec nos mères et sœurs commerçantes, demander la libération immédiate et sans condition de nos frères encore détenus dans l’affaire des incendies, la cessation des poursuites contre l’ensemble des inculpés, la levée pure et simple du contrôle judiciaire atypique et anticonstitutionnel auquel ils sont astreints et l’indemnisation pleine et entière des sinistrés, la publication du rapport d’enquête des experts français, l’ouverture d’une enquête internationale pour faire la lumière sur les commanditaires et les auteurs des incendies de Kara et de Lomé, le Collectif « SAUVONS LE TOGO » invite toute la population Togolaise à manifester pour commémorer le triste anniversaire des incendies selon le programme ci après :

 

Journée du 10 janvier

 

A Kara

06 h : Messe d’action de grâce à la Cathédrale de Kara

 

A Lomé

12h : Messe d’action de grâce à la Cathédrale de Lomé suivie de la visite des sinistrés sur l’ancien et le nouveau site.

18 h : Veillée de prière (en la mémoire d’Etienne yakanou et de tous les commerçants décédés suite à ces actes criminels) au Temple Ahoégamé de Lomé.

 

Journée du 11 janvier

 08 h : Marche silencieuse : Itinéraire : Place de l’indépendance, Carrefour CASEF-quatre ministère, Rond-point monument aux morts, Avenue du 24 janvier, Carrefour Anani SANTOS, Avenue de la libération, Grand marché de Lomé.

 

Journée du 12 janvier

 06 h : messe d’action de grâce à la Cathédrale de Lomé.

 

Journée du 13 janvier

14 h: Meeting d’information à la place de l’indépendance.

 

Le Collectif « SAUVONS LE TOGO » voudrait, malgré la douleur vive qui étreigne les cœurs et en ce moment solennel, former, pour l’ensemble des populations togolaises, le vœu de santé et de bonheur pleins en cette année 2014, et que la miséricorde et la grâce divine nous protègent tous et nous ouvrent le chemin de la prospérité et de la paix profonde.

 

Peuple togolais, par ta foi, ton courage et tes sacrifices, la Nation togolaise doit renaître !

 

Lomé, le 06 janvier 2014

Pour le Collectif,

Le Coordonnateur,

SIGNE

Me Ata Messan Zeus AJAVON

Autres articles pouvant également vous intéresser: