Le FRAC appelle les populations togolaises à intensifier la lutte

FacebookTwitterGoogle+

Le FRAC appelle les populations togolaises à intensifier la lutte

Le Front Républicain pour l’Alternance et le Changement (FRAC) a encore respecté la tradition ce samedi dans les rues de Lomé. Les leaders du FRAC et celui du Parti des Travailleurs soutenus par leurs militants et sympathisants ont  marché pour dire non à la liquidation programmée des libertés publiques au Togo  et exiger l’abandon pur et simple du projet de loi relative aux ‘’conditions d’exercice de la liberté de réunion et de manifestation sur la voie publique’’

Donnant le ton  des interventions, le Secrétaire National à la Coordination du Parti des Travailleurs, Claude Ameganvi, a rappelé avec vive émotion le massacre, le 11 avril 1991, de 28 personnes par  des éléments en uniformes sous le commandement du colonel Ernest Gnassingbé, fils du  Président Gnassingé Eyadema. Ce sont 28 corps dont celui d’une femme enceinte avec un bébé au dos qu’on repêchera dans la lagune de Bè.

Pour Claude Améganvi,   ce 20ième anniversaire du massacre des innocents de Bè, par le régime RPT, doit nous faire prendre conscience du degré de sauvagerie et de barbarie de ceux qui s’accrochent au pouvoir depuis l’assassinat crapuleux du Père de l’indépendance du Togo, Sylvanus Olympio.  «Nous ne devons jamais oublier les graves préjudices que Etienne Eyadema et ses fils ont causés au peuple togolais. La commémoration du massacre de la lagune de Bè doit conforter notre détermination à continuer le combat pour bouter dehors Faure Gnassingbé et sa bande de fossoyeurs de notre pays. C’est fini ! Nous
devons dire non à toute forme de comédie et de tromperie du pouvoir RPT. Personne n’ira dialoguer avec eux. Nous avons l’obligation d’arracher notre liberté à partir du 27 avril de cette année pour un nouveau départ pour notre peuple
», a lancé Claude Ameganvi avant de rappeler  d’autres tueries  perpétrées par le pouvoir RPT en 1991, 1992, 1993, 1998 et tout récemment en 2005 avec plus de 1 000 morts.

Claude Améganvi a ensuite fustigé les agitations grotesques de Me. Jean Dégli du Front Sage qui s’illustre en donneur de leçons, lui militant RPT déguisé en néo opposant.  et qui pense que l’opposition doit s’asseoir avec le régime RPT pour discuter. Il a dénoncé la complicité de Jan Dégli avec le pouvoir RPT pour noyauter l’opposition démocratique en lutte pour l’alternance politique au Togo. C’est dans cet esprit, a précisé Claude Améganvi, que Jean Dégli est propulsé à la tête du Front Sage et du comité chargé d’amender le  projet de loi Bodjona.

Pour conclure, Claude Améganvi  a appelé  les populations togolaises  à plus de vigilance et à rejoindre massivement,   le samedi 16 Avril 2011, la marche du FRAC, pour faire échec au complot qui s’organise une fois encore pour maintenir Faure Gnassingbé

Pour sa part, le Secrétaire Général de l’ADDI, Alphonse Kpogo, a porté à la connaissance  des militants et sympathisants, les manœuvres d’intimidation contre le Professeur Aimé Gogué par des hommes en armes. Ces vils individus ont été mis en déroute, ce vendredi 8 avril 2011, sur le campus universitaire de Lomé, par les étudiants de 3ème année de la faculté des Sciences Economiques et de Gestion. Les étudiants  ont ensuite accompagné leur professeur, à pied, à travers les rues de Lomé jusqu’à son domicile.

La foule a réservé un accueil chaleureux à Isabelle Améganvi, 2ieme Vice Présidente de l’ANC, qui était absente aux deux dernières manifestations. Elle a brièvement fait le point sur sa tournée de deux semaines à l’intérieur du pays pour informer et sensibiliser les populations de la région des Plateaux.
C’est avec indignation et dégoût qu’Isabelle Améganvi a relaté la campagne de dénigrement et d’intoxication orchestrée par les AGO contre l’ANC,  contre Jean-Pierre Fabre et elle-même, pour justifier le choix ignominieux de Gilchrist Olympio, de rejoindre Faure Gnassingbé. Elle a précisé que faute d’idées, de programmes politiques, les escrocs politiques, nouveaux amis du RPT, pensent pouvoir ainsi escroquer les populations de l’intérieur de notre pays.

Rappelant le fameux guet-apens contre Jean Dégli au siège de l’ANC,  relayé par une certaine presse privée, Isabelle Améganvi a expliqué  que la délégation du Front Sage conduite par Me Zeus Ajavon a été reçue par l’ANC avec courtoisie et en bonne intelligence. Quant au pseudo guet-apens qui n’existe que dans l’imaginaire de Jean Dégli, il rentre dans la stratégie de déstabilisation du FRAC orchestrée par le pouvoir RPT.

Clôturant la rencontre, le Président National  de l’ANC, Jean-Pierre Fabre, est revenu longuement sur les propos de ses prédécesseurs et a assuré les uns et les autres de sa détermination à aller jusqu’au bout. Il a rappelé que son objectif est l’alternance politique  au Togo.

Jean-Pierre Fabre a saisi l’occasion pour remercier les femmes et les jeunes qui se sont massivement mobilisés, le jeudi dernier, pour s’opposer aux forces de gendarmeries  qui avaient encerclé son domicile, l’empêchant de vaquer librement à ses occupations. Puis il a, de nouveau, lancé un appel aux populations de Lomé et ses environs à rejoindre massivement le FRAC les jeudi, vendredi et samedi prochains pour défendre les valeurs de la démocratie et de l’Etat de droit au Togo et exiger le départ de Faure Gnassingbé. Il a souligné que la manifestation du samedi 16 avril 2011 doit être la démonstration de notre détermination.

Autres articles pouvant également vous intéresser: