Le CST exige la libération inconditionnelle et immédiate du Chef d’escadron Olivier Poko AMAH, arbitrairement arrêté et incarcéré

FacebookTwitterGoogle+

 

cst

COMMUNIQUE :

 

Libération inconditionnelle et immédiate du Chef d’escadron Olivier Poko AMAH,

arbitrairement arrêté et incarcéré à la Prison civile de Lomé

 

Ce lundi 27 mai 2013, le Chef d’escadron Olivier Poko AMAH, ancien officier supérieur de la Gendarmerie nationale, président de l’Association des victimes de la Torture au Togo (ASVITTO), membre du Collectif « SAUVONS LE TOGO », arbitrairement arrêté et torturé dans les geôles de l’Agence nationale de renseignements (ANR) dans l’affaire d’atteinte à la sûreté de l’Etat impliquant Kpatcha GNASSINGBE et co-accusés, fervent démocrate, a été convoqué, à 8H, pour une audition par le Service de renseignement et d’investigation de la Gendarmerie nationale (SRI).

Auditionné à la Gendarmerie nationale jusqu’aux environs de 17H, il a ensuite été conduit devant le juge d’instruction du 2ème Cabinet qui, après l’avoir auditionné, l’a inculpé et a décerné contre lui un mandat de dépôt qui fut exécuté séance tenante.

Il fut donc immédiatement conduit à la Prison civile de Lomé où il a été incarcéré.

Il lui est reproché d’avoir, dans une interview qu’il a accordée à Radio Légende, le mercredi 22 mai 2013, déclaré que, comme en 1966, les Forces armées togolaises doivent prendre leurs responsabilités pour jouer un rôle d’arbitre afin de pousser le Chef de l’Etat à dialoguer avec son opposition.

Les autorités togolaises estiment donc que, par cette interview, il appelait l’armée à la révolte et au soulèvement.

Or, feu Général GNASSINGBE Eyadéma s’était, lui-même, constamment vanté d’avoir joué à la tête de l’armée togolaise, en novembre 1966, alors qu’il était chef d’Etat major, le rôle d’arbitre, d’une part, entre le Président Nicolas GRUNITZKY et son Vice-président, Antoine MEATCHI, et, d’autre part, entre le pouvoir et son opposition.

Le Collectif « Sauvons le Togo » s’indigne de cette arrestation sans objet qui incrimine des propos qui ne peuvent constituer ni un crime, ni un délit, car simplement destinés à proposer une solution idoine à la profonde crise dans laquelle ne cesse de s’enfoncer le Togo.

C’est pourquoi il exige la libération inconditionnelle et immédiate du Chef d’escadron Olivier Poko AMAH et l’annulation de toutes les poursuites engagées contre lui.

Le Collectif « Sauvons le Togo » appelle toutes les organisations de défense des droits de l’Homme ainsi que toutes les personnalités et organisations qui se réclament de la démocratie tant au Togo que dans le monde entier à s’adresser dans ce sens aux autorités togolaises.

« Peuple togolais, par ta foi, ton courage et tes sacrifices, la Nation togolaise doit renaître ! »

Fait à Lomé, ce 27 mai 2013, 21H

Pour le Collectif,

Le Coordinateur,

SIGNE

Me Ata Messan Zeus AJAVON

Autres articles pouvant également vous intéresser: