Le Collectif « SAUVONS LE TOGO » et la Coalition ARC-EN-CIEL, exigent un audit des opérations de recensement dans la zone 1

FacebookTwitterGoogle+

CONFERENCE DE PRESSE CST/ARC-EN-CIEL DU 26 MARS 2013

 

DECLARATION LIMINAIRE

 

Il y a deux semaines, le Collectif « SAUVONS LE TOGO »  et la Coalition ARC-EN-CIEL, ont appelé les populations togolaises à aller se faire recenser et ont demandé aux responsables locaux de partis membres des deux organisations, de se regrouper en comités de vigilance, dans toutes les préfectures, cantons, villages, quartiers et hameaux, afin de dénoncer les irrégularités constatées, et de faire échec, dans le strict respect de la loi, aux manœuvres frauduleuses qui pourraient avoir lieu, dans les centres de recensement.

Prévu du 15 au 24 mars 2013 dans les 19 préfectures de la zone 1, le recensement électoral vient d’être prolongé d’une semaine, pour prendre fin le 31 mars prochain. A ce jour, les informations qui nous sont parvenues des préfectures, font état des principaux constats, irrégularités et manœuvres frauduleuses ci-après.

  • Au titre de la sensibilisation et des communications vers les populations :

-        déficit de communication préalable, de la part de la CENI, sur l’opération de recensement, entrainant une faible mobilisation de la population dans la plupart des préfectures ;

-        Diffusion de fausses informations et de rumeurs sur la non participation de certains partis de l’opposition afin de démobiliser leurs électeurs potentiels pour le recensement.

  • Au titre des ressources humaines déployées

-        faible maîtrise de l’utilisation des kits par les agents de recensement en raison de leur formation bâclée. De ce fait, le temps consacré à l’enregistrement d’une seule personne, atteint parfois 20 à 30 minutes ;

-        mauvaises conditions de travail des opérateurs et paiement tardif de leurs émoluments.

  • Au titre du déploiement des matériels et de leur fonctionnement

-        dotation insuffisante de kits au niveau de plusieurs centres de recensement, alors que la population en âge de voter a augmenté, ce qui entraîne ainsi la lenteur dans l’établissement des cartes et une exaspération des personnes venues se faire recenser;

-        répartition peu judicieuse des kits dans plusieurs centres des localités jugées favorables à l’opposition, avec une dotation de kits moins inférieure à celle de la révision de listes électorales en 2010 ;

-        mauvais fonctionnement et pannes des kits de recensement dont certains sont ceux qui furent utilisés, lors des révisions de listes électorales de 2007 et 2010 ;

-        problèmes d’imprimantes pour l’impression des cartes dont certaines sont floues après leur édition ;

-        déploiement tardif de plus d’une centaine de groupes électrogènes, à compter du mercredi 20 mars 2013, soit cinq jours après le début des opérations ;

-        pannes répétées de groupes électrogènes dont un grand nombre fut hors d’usage dès les premiers jours de l’opération ;

-        problèmes de ravitaillement en carburant entraînant l’arrêt des opérations pendant plusieurs jours, dans certaines zones difficiles d’accès.

 

  • Au titre des irrégularités et manœuvres frauduleuses

-        délivrance de cartes d’électeurs portant la signature de Monsieur Taffa TABIOU, ancien président de la CENI et membre de l’actuelle CENI, ce qui pose un problème juridique, alors même qu’il est techniquement possible de changer la signature dans le logiciel des kits, confirmant ainsi les informations relatives aux possibilités de fraudes électroniques, tout comme en 2010, lors de la révision des listes;

-        inscriptions de mineurs, notamment dans les localités de Tiampialim et Tomangue (préfécture de Tandjoaré), Krikri et Kambolé (préfecture de Tchamba) ainsi que dans les préfectures de Blitta, Binah, Kozah et la sous-préfecture de Mô ;

-        refus d’inscription de militants proches de l’opposition dans la préfecture de Sotouboua en l’occurrence, dans les cantons de Tabindé et de Déréboua;

-        inscription de nomades non togolais effectuant la transhumance de bétails, à  Warkamou à la frontière Togo-Ghana dans la préfecture de Tandjoaré ainsi que dans les localités de Boko (préfecture de l’Ogou) et de Morétan (Est-Mono) ;

-        saisie des noms des ascendants des personnes recensées, sans mention de leurs prénoms, ce qui est de nature à rendre inefficace, les traitements à la phase de dédoublonnage, lors de la finalisation du fichier électoral.

Au regard de ces constats, irrégularités et manœuvres frauduleuses, le Collectif « SAUVONS LE TOGO » et la Coalition ARC-EN-CIEL tiennent à faire la mise au point suivante :

  • la prolongation du recensement dans la zone 1, résulte de la précipitation et de l’impréparation que nous avions dénoncées et induit des dépenses significatives supplémentaires relatives à la logistique et à la rémunération des agents électoraux ;
  • bien que rendue nécessaire, cette prolongation ne constitue pas, un gage de réussite du recensement dans ces préfectures où, après plus d’une semaine d’activités, le taux d’enregistrement de la population en âge de voter n’excède pas 30%;

Eu égard aux dysfonctionnements et aux irrégularités précités, et en l’absence d’un consensus de la classe politique sur le processus électoral, le Collectif « SAUVONS LE TOGO »  et la Coalition ARC-EN-CIEL, exigent qu’un audit des opérations de recensement dans la zone 1, soit effectué par une institution indépendante compétente en matière électorale, avant la poursuite de la deuxième phase. 

Par ailleurs, s’agissant de l’affaire des incendies des grands marchés de Lomé et de Kara, les révélations faites par Toussaint TOMETY alias Mohamed LOUM, constituent un cinglant démenti des accusations portées contre les personnes inculpées. C’est pourquoi, le Collectif                    « SAUVONS LE TOGO » et la Coalition ARC-EN-CIEL, interpellent le ministre de la sécurité et de la protection civile ainsi que les autorités judiciaires en charge de cette affaire, afin qu’ils tirent respectivement, les conséquences administratives et les conséquences de droit qui en découlent.

 

Le Collectif « SAUVONS LE TOGO » et la Coalition ARC-EN-CIEL invitent, la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) et les organisations de défense des droits de l’Homme à s’autosaisir pour mener des investigations, sur les cas de torture allégués par ce inculpé et exigent, la libération immédiate de toutes les personnes détenues dans cette affaire ainsi que la levée des charges qui pèsent injustement contre elles.

 

Enfin, en vue d’une décrispation du climat sociopolitique avant la tenue des prochaines consultations électorales, le Collectif « SAUVONS LE TOGO » et la Coalition ARC-EN-CIEL, réitèrent une fois de plus, leur appel au pouvoir en place, pour la mise sur pied d’un comité préparatoire, pour la tenue d’un dialogue structuré, franc et sincère dont les décisions consensuelles doivent être de plein effet.

 

En attendant qu’un audit des opérations de la zone 1 soit effectué, le Collectif « SAUVONS LE TOGO » et la Coalition ARC-EN-CIEL, appellent les populations de ces préfectures à continuer à s’inscrire sur les listes électorales et à demeurer vigilantes pour dénoncer toute irrégularité.

 

 

Peuple togolais, par ta foi, ton courage et tes sacrifices, la Nation togolaise doit renaître !

 

Pour le Collectif « SAUVONS LE TOGO »

SIGNE

Me Ata Messan Zeus AJAVON

Coordinateur

Pour la Coalition ARC-EN-CIEL

SIGNE

Mme Brigitte Kafui ADJAMAGBO JOHNSON

Présidente, Coordinateur Général

 

Fait à Lomé, le 26 mars 2013

Autres articles pouvant également vous intéresser: