Le chef de l’Etat, à sa demande, a reçu le Collectif “Sauvons le Togo”

FacebookTwitterGoogle+

DECLARATION DU 11 JUIN 2012

Le jeudi 07 juin 2012, le coordinateur du Collectif « SAUVONS LE TOGO », Me Ata Messan Zeus AJAVON a été reçu à la nouvelle présidence de la République, à la demande du chef de l’Etat. Cette rencontre fait suite à un premier contact téléphonique venant de la présidence, le lundi 04 juin 2012 lors de la conférence de presse du Collectif « SAUVONS LE TOGO » qui rendait publique sa « plateforme citoyenne pour un Togo démocratique ».

 L’opportunité de la rencontre avec le chef de l’Etat ayant été débattue en séance plénière, mandat a été donné à la coordination du Collectif de s’organiser pour s’y rendre en vue d’écouter le chef de l’Etat.

C’est à cet effet que le coordinateur a répondu à  une seconde invitation à lui faite le jeudi 07 juin 2012 par le chef de l’Etat. Les échanges ont porté sur deux principaux points :

  • §la situation sociopolitique au Togo ;
  • §la mise en œuvre des recommandations de la CNDH.

S’agissant du premier sujet, le chef de l’Etat a demandé le point de vue de la société civile sur la situation sociopolitique au Togo.

Répondant au chef de l’Etat, Me AJAVON a exposé les principaux sujets contenus dans la plateforme citoyenne pour un Togo démocratique à savoir :

  • Les violations des droits de l’homme et leurs conséquences ;
  • L’impunité sous toutes ses formes ;
  • La mal gouvernance ;
  • Les blocages politiques ;
  • L’application des décisions rendues par la Cour de justice de la CEDEAO dans l’affaire des neuf (09) députés de l’ANC ;
  • Les réformes constitutionnelles et institutionnelles ;
  • La récente adoption unilatérale du code électoral et de la loi sur le nombre de sièges à l’Assemblée nationale.

Me AJAVON a clairement signifié au chef de l’Etat, que le gouvernement doit  procéder très rapidement au règlement de ces différents points, au cas échéant, le peuple togolais se trouvera contraint de recourir à l’article 150 de la Constitution.

La question de l’organisation des élections a été aussi abordée. A ce sujet, Me AJAVON a précisé que techniquement, dans la situation actuelle du Togo, on ne  peut pas organiser des élections transparentes et équitables avant neuf mois au minimum sans tenir compte du délai requis pour l’assainissement de la situation sociopolitique et les réformes constitutionnelles et institutionnelles.

Abordant la question du dialogue, le chef de l’Etat a semblé éluder l’opportunité de discuter à nouveau avec les partis politiques, car, il estime connaitre déjà leurs positions sur les sujets dont il faut discuter.

Le deuxième point de discussion concernant le rapport de la CNDH, a essentiellement porté sur la non poursuite judiciaire des auteurs d’actes de torture et la libération de tous les détenus politiques au Togo. Le chef de l’Etat n’a pas réagi sur ce point.

A la fin de la rencontre, le chef de l’Etat a fait comprendre que le lieu « carrefour Deckon » choisi pour le point de chute de la marche et du sit-in des 12, 13 et 14 juin 2012 est inapproprié. Me AJAVON a répondu que le Collectif « SAUVONS LE TOGO » ne saurait modifier, ni l’itinéraire, ni le point de chute de la manifestation.

Suite à cette rencontre et le rapport qui en a été fait à une plénière extraordinaire, il est apparu clairement au Collectif « SAUVONS LE TOGO » que le chef de l’Etat ne montre aucune prédisposition à régler en profondeur la crise sociopolitique togolaise.

Par ailleurs, Me Ajavon a été surpris de constater que la personne envoyée à son cabinet pour le conduire à la présidence de la République, n’était autre que le colonel Yotroféi MASSINA de l’Agence Nationale de Renseignement (ANR), dénoncé comme tortionnaire par plusieurs personnes qui ont été détenus dans les locaux de l’ANR dont les détenus dans l’affaire Kpatcha Gnassingbé.

Le Collectif constate, avec stupéfaction, qu’en dépit du rapport de la CNDH qui incrimine personnellement Yotroféi MASSINA comme auteur des actes de torture à l’ANR, le chef de l’Etat continue d’avoir recours à ses services à la présidence de la République alors que ce dernier devrait être mis à la disposition de la justice.

Face à cette situation, le Collectif « SAUVONS LE TOGO », malgré les manœuvres d’intimidation et de manipulation à l’endroit des structures de la société civile membres du Collectif,  renouvelle son appel aux populations de Lomé et de ses environs ainsi que celles de l’intérieur du pays à prendre part massivement aux manifestations des 12, 13 et 14 juin 2012 pour exiger :

  • le retrait immédiat et sans condition des deux (02) lois relatives, l’une au Code électoral, et l’autre au nombre de sièges de députés à l’Assemblée nationale, adoptées les 25 et 31 mai 2012 ;
  • le retour à la Constitution du 14 octobre 1992 ;
  • la mise en œuvre effective des recommandations du Rapport de la CNDH sur la torture notamment par la poursuite, le jugement et la condamnation des auteurs d’actes de torture ;
  • la mise en œuvre du rapport de la CVJR ;
  • l’application effective et de bonne foi par le gouvernement des décisions de l’Union Interparlementaire et de la Cour de Justice de la CEDEAO dans l’affaire des neuf (09) députés illégalement  révoqués de leur mandat parlementaire ;
  • la clarification par le gouvernement du Rapport de l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (ITIE).

Peuple togolais, par ta foi, ton courage et tes sacrifices, la nation togolaise doit renaître !


Pour le Collectif

Le Coordinateur

Me Ata Messan Zeus AJAVON

Autres articles pouvant également vous intéresser: