L’Assemblée nationale, haut lieu du débat parlementaire mais où règne également la loi de la majorité, constituerait une violation de l’APG

FacebookTwitterGoogle+

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Le Président national de l’ANC, Chef de file de l’opposition, M. Jean-Pierre Fabre, a été reçu à sa demande, par le Chef de l’Etat, le mercredi 05 mars 2014, au Palais de la présidence.

Cette audience fait suite à la lettre que M. Fabre a envoyée le 14 février 2014 au Chef de l’Etat pour lui demander d’organiser le dialogue politique prévu par l’Accord Politique Global (APG), signé en 2006 sous l’égide du facilitateur Blaise Compaoré, Président du Faso, et de la communauté internationale,

Dans sa réponse en date du 25 février 2014, le Chef de l’Etat préconise l’Assemblée nationale comme cadre d’organisation d’un tel dialogue.

Au cours de l’audience, M. Fabre a exposé au Chef de l’Etat, les raisons pour lesquelles, l’Assemblée nationale ne peut être le cadre approprié pour les discussions politiques prescrites par l’APG, en vue des réformes institutionnelles et constitutionnelles devant permettre des élections libres, équitables, transparentes et démocratiques au Togo.

Le Chef de file de l’opposition a notamment expliqué au Chef de l’Etat que l’organisation des discussions à l’Assemblée nationale, haut lieu du débat parlementaire mais où règne également la loi de la majorité, constituerait une violation de l’APG qui recommande que le dialogue politique en vue des réformes politiques, soit mené dans un esprit de large consensus.

A cet égard, le Président Jean-Pierre Fabre a demandé au Chef de l’Etat de mettre en place un cadre formel où devront débuter ces discussions dans les meilleurs délais.

M. Fabre a saisi l’occasion pour évoquer avec le Chef de l’Etat certaines préoccupations de l’opposition, notamment la détention arbitraire de militants de l’ANC et l’inculpation tout aussi arbitraire des dirigeants du CST.

A l’issue de la rencontre, M. Fabre a remis au Chef de l’Etat, un mémorandum qui explicite les raisons qui sous-tendent la position de l’opposition concernant le dialogue politique.

Le Président Jean-Pierre Fabre était accompagné d’une délégation de trois personnes comprenant : Me Zeus Ata Messan Ajavon, Coordonnateur du CST, M. Aimé Tchabouré Gogué, Président de l’ADDI et Me Abi Tchessa, Président du PSR.

                                                                                                                                                               Fait à Lomé, le 06 mars 2014

                                                                                                                                                                Pour le Bureau National

Le Vice-Président

                                                                                                                                                                Signé

                                                                                                                                                               Patrick LAWSON-BANKU 

Autres articles pouvant également vous intéresser: