L’ANC demande au Ministre de l’Administration territoriale de situer la classe politique et les populations togolaises par rapport à la préparation et à la tenue des élections locales.

FacebookTwitterGoogle+

 

ALLIANCE  NATIONALE  POUR  LE  CHANGEMENT

A N C

367, rue Koutimé, Quartier Bè-Kamalodo    06 BP 6123 Lomé 06   Tél. : 22 41 20 89    Lomé, Togo    www.anctogo.com    Email : secgen@anctogo.com

                                                                                                                                                                                                                                                       

                                                                                                                                                                                                              Lomé, le 03 décembre 2015

La Vice-Présidente

N° 15-166/ANC/ VP-SG

                                                                                                                                                                                                                                          A

                                                                                                                                                                                                                                        Monsieur le Ministre

                                                                                                                                                                                                                                        de l’Administration Territoriale

                                                                                                                                                                                                                                        et  de la  Décentralisation et des Collectivité Locales

                                                                                                                                                                                                                                         Lomé

Monsieur le Ministre,

Dans le domaine de la décentralisation et de l’administration locale, notre pays continue de végéter dans une situation d’exception, en violation de la Constitution et des lois en vigueur, avec des Délégués spéciaux nommés pour servir le gouvernement au détriment des intérêts des populations. A maints égards, le drame de Mango est révélateur des conséquences désastreuses de nominations intempestives et complaisantes de miliciens du parti au pouvoir, le RPT/UNIR, en lieu et place d’élus locaux librement choisis par les populations elles-mêmes.

Nous rappelons que le gouvernement togolais s’est engagé devant l’Union Européenne, le 04 avril 2004 à Bruxelles (Belgique) :

1)      à ‘’organiser des élections locales, dans un délai de 12 mois, dans des conditions transparentes et en acceptant des observateurs à tous les stades du processus’’ (Engagement N° 1.6) ;

2)      à ‘’mettre en place les conditions nécessaires pour que les Assemblées municipales, démocratiquement élues, disposent du mandat et des ressources nécessaires pour assurer une administration locale efficace et démocratiquement légitimée dans un délai de 12 mois’’ (Engagement N° 1.7).

Nous rappelons également que l’Accord Politique Global (APG) du 26 août 2006, a repris à son compte le ‘’parachèvement de la mise en œuvre des vingt-deux (22) engagements souscrits par le gouvernement togolais avec l’Union Européenne’’.

En dépit des engagements pris par le Chef de l’Etat dans ses allocutions et les premiers ministres successifs dans leurs déclarations de politique générale devant l’Assemblée nationale, la classe politique et les populations togolaises s’interrogent et attendent en vain depuis 1987, soit 28 ans, la tenue d’élections locales au Togo.

Même les engagements les plus récents, relayés et soutenus par la communauté internationale, pour la tenue de ces élections dans la foulée des législatives de 2013 et de la présidentielle de 2015, demeurent lettres mortes.

Le ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales a, pour sa part, initié un certain nombre de rencontres dont les résultats sont toujours attendus, notamment :

  • une rencontre avec les partis politiques sur la décentralisation et les élections locales en décembre 2013,
  • une rencontre avec les partis politiques pour faire l’état des lieux sur la décentralisation et les élections locales (2014),
  • une rencontre avec les partis politiques pour la mise en place d’un ‘’Comité technique’’ d’élaboration de la feuille de route de la décentralisation et des élections locales (2014),
  • une mission technique de représentants de l’administration et des partis politiques pour étudier les expériences des pays de la sous-région ouest africaine en matière de décentralisation,
  • etc.

Il apparaît qu’après toutes ces agitations et de nombreux tapages médiatiques, l .

Ce qui précède nous amène à vous demander instamment de bien vouloir situer notre parti, l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) ainsi que la classe politique et les populations togolaises par rapport à la préparation et à la tenue des élections locales au Togo.

Votre prompte réponse nous obligerait.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, les assurances de notre considération distinguée.

Signé

AMEGANVI Manavi Isabelle

Cc :   Premier Ministre

          Corps Diplomatique, SEMgr. BARRIGAH, HCRRUN

Autres articles pouvant également vous intéresser: