L’ANC condamne la répression du sit-in des journalistes

FacebookTwitterGoogle+

 

N° 13-073/ANC/ BN-SG

 

COMMUNIQUE

L’ANC condamne la répression du sit-in des journalistes

 

Le jeudi 14 mars 2013, les forces de sécurité ont, une fois encore, en violation des textes régissant les manifestations publiques pacifiques, réprimé avec violence, le sit-in organisé à la plage, face à la présidence de la République, par les associations de journalistes, pour protester contre l’adoption par l’Assemblée nationale, d’une nouvelle loi sur la HAAC, qui viole la Constitution togolaise.

Lors de cette répression, les manifestants ont été pris en étau par des policiers et des gendarmes, appuyés par des vedettes de la marine qui attaquaient depuis la mer. Plusieurs blessés graves sont dénombrés dont le journaliste Younglove Egbéboua AMAVI, Secrétaire Général du SYNJOP, qui a reçu un projectile à la mâchoire.

En réitérant sa pleine solidarité avec les journalistes, l’ANC exprime sa compassion à toutes les victimes de cette répression et leur souhaite un prompt rétablissement.

L’ANC dénonce et condamne la violence des répressions conduites par les forces de sécurité et qui occasionnent des blessures laissant supposer que des instructions expresses sont données aux gendarmes et aux policiers pour qu’ils tirent sur les manifestants en les visant à la tête. Ainsi, depuis le 13 juin 2012, trois manifestants ont perdu l’œil.

L’ANC dénonce et condamne la stratégie de la terreur destinée à instaurer la peur et le renoncement au sein des populations.

L’ANC exige le retrait pur et simple de la nouvelle loi liberticide sur la HAAC. Elle demande aux autorités togolaises de veiller au respect, en toute circonstance, des droits et libertés publiques ainsi que de l’intégrité physique des citoyens.

Fait à Lomé, le 15 mars 2013

Le Vice Président de l’ANC

Signé

Patrick LAWSON-BANKU

 

Autres articles pouvant également vous intéresser: