Jean-Pierre FABRE, attire l’attention du Chef de l’Etat sur la nécessité de faire les réformes politiques et d’organiser les élections locales

FacebookTwitterGoogle+

 

                                                                                                                                                                                                                                                            Lomé, le  13 janvier 2016

 

Le Président National de l’ANC

Chef de file de l’opposition

 

N° 16-003/ANC/ PN-SG

 

                                                                                                                                                                                                             A

Son Excellence

Monsieur le Président de la République

 

Lomé

 

Objet : Mise en œuvre de l’APG

 

Monsieur le Président,

Le 26 août 2006, a été signé l’Accord Politique Global (APG), qui prescrit des réformes politiques et électorales dont la classe politique et les populations togolaises attendent la mise en œuvre depuis bientôt 10 ans. A ce jour, ces réformes qui doivent contribuer au règlement juste et durable de la crise togolaise, sont restées lettres mortes et votre adresse à la nation du 2 janvier 2016 ne donne aucune perspective claire quant à leur mise en œuvre.

L’imprécision de votre affirmation selon laquelle ces réformes nécessitent de ‘’donner corps à la commission sur les réformes constitutionnelles et institutionnelles et d’amorcer dès que possible la mise en œuvre de la feuille de route relative à la décentralisation et aux élections locales’’, renforce la conviction de la classe politique et des populations togolaises que le gouvernement n’a pas la volonté de réaliser les réformes et d’organiser les élections locales.

Il est incompréhensible et préoccupant que le gouvernement s’emploie à se soustraire au respect des engagements pris et maintes fois renouvelés aussi bien devant la nation togolaise que devant la communauté internationale.

Le refus de mettre en œuvre les réformes politiques et électorales constitue la cause majeure du manque d’équité et de transparence des élections, notamment la présidentielle d’avril 2015 dont les populations et CAP 2015 ne reconnaissent pas les résultats.

Voilà pourquoi, en ma qualité de chef de file de l’opposition, je voudrais par la présente, dans l’intérêt de la paix sociale et au moment où l’incertitude du lendemain, avec ses multiples conséquences sociales, accentue la précarité des ménages, appeler encore une fois et solennellement votre attention sur la nécessité de régler diligemment les nombreuses et importantes questions politiques et sociales en attente, parmi lesquelles :

  • les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales prescrites par l’APG ;
  • l’organisation des élections locales ;
  • la libération des militants et des dirigeants des partis de l’opposition abusivement détenus, la levée des inculpations arbitraires, le libre retour des personnes contraintes à l’exil, suite aux incendies des marchés de Kara et de Lomé en janvier 2013 ;
  • la libération des autres prisonniers politiques dont la Cour de Justice de la CEDEAO et la Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies exigent l’élargissement.

 

Je vous prie de noter que je me tiens à votre disposition pour toutes précisions et clarifications.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, les assurances de ma très haute considération.

 

                                                                                                                                                                                       

                                                                                                                                                                                                              Jean-Pierre FABRE 

Autres articles pouvant également vous intéresser: