Jean-Pierre Fabre : « Ils n’ont qu’à dialoguer avec ceux qui pleurent pour y aller »

FacebookTwitterGoogle+

L’ANC proteste contre sa nomination pour le compte du CPDC

Jean-Pierre Fabre : « Ils n’ont qu’à dialoguer avec ceux qui pleurent pour y aller »

 

A travers un communiqué rendu public vendredi, Jean-Pierre Fabre a protesté contre la nomination unilatérale par le pouvoir RPT de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) pour prendre part aux discussions politiques « dans un CPDC prétendument rénové ».

« L’ANC constate que, malgré sa position maintes fois exprimée, elle est unilatéralement nommée par le pouvoir RPT, dans un CPDC prétendument rénové », précise le communiqué qui rappelle en outre que le parti « subordonne toute discussion politique avec le régime RPT à la réalisation d’un certain nombre de préalables parmi lesquels le retour à l’Assemblée Nationale, des neuf députés révoqués de leur mandat parlementaire, en violation du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale et de la Constitution de la République togolaise ».

Jean-Pierre Fabre a exprimé les mêmes préoccupations au cours du meeting qui a sanctionné la fin de la marche de protestation organisée par le Front Républicain pour l’Alternance et le Changement (FRAC) le samedi dernier à Lomé. Devant une foule de milliers de Togolais, le leader de l’ANC a ainsi fustigé l’attitude de Faure et son gouvernement qui, tout en souhaitant inclure l’ANC dans les discussions, sont restés muets sur les préalables posés par ses leaders.

« Certains pleurent pour aller au dialogue mais eux (les gouvernants), ils pleurent pour que certains viennent au dialogue… Si ce qu’on leur demande de faire, ils ne le font pas, ce qu’ils demandent, ils ne le trouveront pas… Ils n’ont qu’à dialoguer avec ceux qui pleurent pour y aller, si c’est avec ceux qui n’ont jamais franchi 1% des suffrages des électeurs qu’ils veulent dialoguer, qu’ils le fassent et nous laissent en paix », a-t-il insisté sous les applaudissements des militants avant de continuer : C’est ce qu’ils ont toujours l’habitude de faire et rien ne sort des dialogues. Il y en a parmi eux, des gens qui voient tout mais ne disent rien : soit parce qu’ils ne comprennent rien ou ils n’ont pas la force de dénoncer le RPT. Ceux-là, ils sont inutiles pour nous. Ils ont encore commencé leur besogne. Leur objectif, c’est qu’après le dialogue, le gouvernement d’union nationale qui sera formé, ils aient leur place en son sein, ce qu’on appelle la logique du statu quo. «Nous, nous sommes dans la logique du changement. Ce que nous devons faire pour le changement c’est ça que nous faisons ».

Pour Jean-Pierre Fabre, c’est bien deux logiques qui vont s’affronter au cours de ce semblant dialogue. « Il y a d’un côté ceux qui sont dans la logique du statu quo et qui ne veulent rien proposer de concret pour que la démocratie s’instaure vraiment au Togo et de l’autre ceux qui sont dans la logique du changement. Ceux qui pleurent pour aller au dialogue veulent qu’après ils se retrouvent dans le gouvernement pour manger un peu, c’est ça leur problème. Ça ne nous regarde pas », a averti le leader de l’ANC.

Jean-Pierre Fabre s’est également intéressé aux travaux de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR). Il a estimé qu’il s’agit bien d’une parodie de réconciliation. « Tout est faux », a-t-il indiqué. Il a cité pour preuve, le débarquement inopiné des forces armées à la Commission. « Par ces faits, c’est Dieu qui nous montre que tant que les militaires ne garderont pas leur neutralité dans le processus nous ne sortirons pas de cette situation », a déclaré Fabre.

Il faut rappeler que certains responsables des partis politiques désignés en Conseil des ministres mercredi dernier pour siéger au sein du Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation (CPDC) rénové ont rencontré jeudi soir, le Premier ministre Gilbert Houngbo pour discuter du fonctionnement du cadre. Les travaux doivent selon les sources officielles aboutir aux réformes constitutionnelles et institutionnelles. Le CAR, l’ANC et la CDPA étaient absents à cette rencontre.

Olivier GLAKPE
Le Correcteur N°285 du 19 septembre 2011

Autres articles pouvant également vous intéresser: