Faux dialogue et manipulation : Comment Fabre a déjoué le piège de Faure Gnassingbé

FacebookTwitterGoogle+

Faux dialogue et manipulation : Comment Fabre a déjoué le piège de Faure Gnassingbé.

Lentement mais surement Faure Gnassingbé fait siennes les méthodes de son défunt père qui pendant 40 ans s’est illustré par la duplicité face à ses adversaires politiques. Depuis que cette histoire de dialogue a resurgi, Jean-Pierre Fabre qui, en homme averti ,savait où Faure voulait en venir attendait l’occasion pour le mettre devant ses responsabilités.

Faisant donc d’une pierre deux coups… sans rejeter le dialogue, le président de l’ANC a posé des préalables pertinents qui déjouent une campagne de manipulation visant à humilier son parti. L’invitation adressée à Jean-Pierre par les mêmes personnages qui persécutent les responsables, députés et militants de l’ANC apparaît comme une insolente provocation en ce sens qu’on ne peut pas prétendre inviter quelqu’un au dialogue tout en l’empêchant de jouir de ses droits. Si donc Pascal Bodjona et son patron ont la mémoire courte, la réponse de Jean Pierre Fabre suffit à la leur rafraichir. Et le comble c’est qu’au même moment où ils invitent l’ANC au prétendu dialogue, ils lui envoient une autre lettre interdisant d’organiser une manifestation à Sanguéra. Lorsque Jean Pierre Fabre avait déclaré qu’il ne participera à aucun dialogue, le même Bodjona était monté au créneau pour ironiser qu’en dépit de tout le moment venu, l’ANC ira dialoguer.

En réalité, ce dialogue est une grosse mascarade destinée comme d’habitude à la consommation de la communauté internationale. Et ce n’est pas par hasard que l’invitation coincide avec un périple qu’éffectue le premier ministre en Europe en ce moment. Ce qui témoigne d’une conspiration contre l’ANC principalement, c’est que des responsables du CAR contactés par notre rédaction ont affirmé que le parti n’a reçu aucune invitation dans ce sens alors que Me Agboyibo et son équipe s’étaient maintes fois échauffés pour ce dialogue qu’ils attendaient impatiemment.

L’autre supercherie c’est que Faure fait l’amalgame entre dialogue inclusif et débat inclusif. Depuis plusieurs mois les tenants du pouvoir en place après avoir liquidé l’UFC à travers un accord bidon propagent dans le monde entier qu’au Togo il n’y aurait aucun problème entre le pouvoir et l’opposition et que le parti le plus radical partage désormais le pouvoir avec la majorité. Et pour attester cette fausseté, ils exhibent comme un trophée de chasse Eliot OHIN nommé ministre des affaires étrangères pour les besoins de la cause alors que c’est le ministre Essaw qui est le véritable chef de la diplomatie.

Lors de son récent voyage en Europe, Jean Pierre Fabre a réussi à faire comprendre aux uns et aux autres qu’en fait le pouvoir, en faisant entrer des amis de Gilchrist Olympio au gouvernement n’a eu qu’une coquille vide et que la contestation populaire persiste. De plus les autorités togolaises avaient cru qu’avec la scission intervenue au sein de l’UFC , il n’ y aurait plus de manifestation tous les samedis. Mais le fait que ces manifestations hebdomadaires aient repris dérange sérieusement le pouvoir qui tente d’intimider les militants qui y participent. Faure Ganassingbé malgré l’onction de Gilchrist n’a pas réussi à réduire l’opposition au néant. L’ANC a pris la relève de la contestation appuyée en cela par la diaspora togolaise qui est très active et l’opinion européenne commence à se rendre compte que Faure Gnassingbé a pris la proie pour l’ombre et que l’ANC est la force politique incontournable et la plus importante. C’est pourquoi les tenants du pouvoir RPT tentent de l’attirer dans un guet-apens médiatique pour faire croîre à la communauté internationale que tout va bien entre Faure et celui qui conteste son pouvoir.

Si Fabre ou des responsables de l’ANC se rendaient sans arrière pensée au palais de la présidence dans la situation actuelle, ils seraient victimes d’une grosse manipulation médiatique étant donné que les dispositions sont prises pour les humilier en utilisant leur présence pour corroborer les déclarations de Gilbert Houngbo en Europe alors que sur place le pouvoir continue de s’illustrer dans les violations des droits élémentaires des togolais tels que rappelé par la lettre réponse du président de l’ANC ; En posant les préalables très pertinents Jean Pierre Fabre et ses camarades qui connaissent bien le système RPT pour l’avoir combattu plusieurs années durant ont déjoué le piège grossier. Au lieu donc de se comporter comme certains acteurs politiques qui attendent le moindre claquement de doigts pour se mettre en costume ou en boubou basin et gambader pour une exhibition médiatique digne de saltimbanques avec Faure , l’ANC et son président préfèrent discuter des problèmes concrets. C’est tout à leur honneur.

Saib Abass Le regard édition N°720 du 1er MARS 2011

Autres articles pouvant également vous intéresser: