CAP 2015 et les populations togolaises exigent la mise en œuvre des réformes politiques et électorales

FacebookTwitterGoogle+

MEETING DU 21 MAI 2016

DECLARATION

 

CAP 2015 et les populations togolaises exigent la mise en œuvre des réformes politiques et électorales

 

Ce samedi 21 mai 2016, l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA), le Pacte Socialiste pour le Renouveau (PSR) et l’Union des Démocrates Socialistes du Togo (UDS-Togo), constituant la Coalition CAP 2015, ont organisé à Lomé, une grande marche suivie d’un meeting à la plage, face à l’Hôtel Ibis, pour exiger les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales telles que prévues par l’Accord Politique Global (APG) ainsi que la mise en œuvre transparente, participative et consensuelle de la décentralisation et l’organisation transparente, équitable et crédible des élections locales.

En effet, 17 ans après les réformes prévues par l’Accord Cadre de Lomé (ACL) signé à Lomé, le 29 juillet 1999, 12 ans après les réformes liées aux 22 engagements pris par le gouvernement togolais devant l’Union Européenne à Bruxelles, le 14 avril 2004 et 10 après les réformes prescrites par l’Accord Politique Globale (APG) signé à Lomé, le 20 août 2006, notre pays le Togo continue de sombrer dans une mal gouvernance rythmée par les dérives du RPT/UNIR au plan politique et institutionnel, au plan des libertés et des droits fondamentaux des citoyens, au plan économique et financier, etc.

La récente lettre pastorale de la Conférence des évêques du Togo à l’occasion de la commémoration du 56ème anniversaire de l’Indépendance du Togo, le 27 avril 2016, confirme la dégradation continuelle de la situation sociopolitique du pays, face à l’immobilisme sclérosant dans lequel se complait le régime RPT/UNIR sans se soucier du vécu quotidien des populations togolaises caractérisé par la misère, la précarité et l’extrême pauvreté.

A ce jour en effet, ces réformes qui doivent contribuer au règlement juste et durable de la crise sociopolitique qui mine le Togo, sont restées lettres mortes, se heurtant au refus obstiné du père et à l’entêtement du fils, malgré la parole donnée.

Il est incompréhensible et préoccupant que les gouvernements successifs du système RPT/UNIR s’emploient ainsi, Chef de l’Etat en tête, à se soustraire au respect des engagements pris et maintes fois renouvelés aussi bien devant la nation togolaise que devant la communauté internationale.

Fort du soutien massif des populations togolaises, CAP 2015 dénonce et condamne fermement l’attitude du parti au pouvoir qui, par le refus de mettre en œuvre les réformes, met en danger notre pays le Togo en perpétuant le cycle infernal élection frauduleuse contestée, répression sanglante et simulacre de dialogue.

Dans l’intérêt de la paix sociale CAP 2015 en appelle au patriotisme du Chef de l’Etat Faure GNASSIGBE et lui demande de procéder courageusement et en toute responsabilité, dans une démarche consensuelle et républicaine, au règlement diligent des nombreuses et importantes questions politiques et sociales qui préoccupent les Togolaises et les Togolais notamment :

  • L’adoption et la mise en œuvre consensuelle des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales prescrites par l’APG ;
  • la mise en œuvre des recommandations de la CVJR, notamment, la limitation du mandat présidentiel, le mode de scrutin à deux tours, la lutte contre l’impunité, etc.
    • le rétablissement dans leurs droits des représentants de CAP 2015 à la CENI ;
    • la participation représentative de l’opposition à la HAAC, à la CNDH, à la Cour des Comptes, à la Cour Constitutionnelle et à la Cour suprême.
    • l’adoption et la mise en œuvre consensuelle de la feuille de route du processus de la décentralisation et l’organisation consensuelle des élections locales ;
    • la libération des militants et des dirigeants des partis de l’opposition abusivement détenus, la levée des inculpations arbitraires, le libre retour des personnes contraintes à l’exil, suite aux incendies des marchés de Kara et de Lomé en janvier 2013 ;
    • la libération des autres prisonniers politiques dont la Cour de Justice de la CEDEAO et la Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies exigent l’élargissement.

CAP 2015 demande en particulier au Chef de l’Etat et au gouvernement, d’engager avec la classe politique et, notamment, avec le Chef de file de l’opposition, des discussions sur les réformes politiques et électorales prescrites par l’APG et sur les questions pertinentes liées au processus de décentralisation et à l’organisation des élections locales, notamment :

  • le cadre institutionnel de la décentralisation ;
  • les échelons de collectivités territoriales et leur configuration ;
  • le découpage électoral ;
  • le mode de scrutin ;
  • le fichier électoral ;
  • les transferts de compétence ;
  • l’information, la sensibilisation et la formation des divers acteurs concernés.

CAP 2015 note avec satisfaction que les forces vives de la nation restent déterminées à poursuivre avec l’ANC, la CDPA, le PSR et l’UDS-Togo, la lutte âpre et résolue contre la dictature du RPT/UNIR, un système archaïque et rétrograde qui a usurpé le pouvoir d’Etat et s’y maintient par la force, la fraude électorale, la violence, les violations de la Constitution, des lois ainsi que des droits et libertés des citoyens. Un système prédateur qui organise et entretient au Togo, le tribalisme et le pillage des ressources nationales, comme l’illustre le tableau de répartition des dividendes de Servair Togo, publié par les médias.

Il est temps de mettre un terme aux dérives de la minorité qui s’accapare les richesses du pays, en contraignant les populations togolaises à la précarité, au dénuement et à la misère.

CAP 2015 se félicite de la clairvoyance des populations togolaises qui, aussi bien sur le territoire national que dans la diaspora, savent désormais à quoi s’en tenir dans le combat pour l’alternance et le changement. Elles ne cèderont ni au dénigrement ni au chantage ni à la démobilisation orchestrés par les soutiens et défenseurs visibles et invisibles du régime de dictature. Elles ne céderont ni aux menaces, ni aux intimidations ni aux manœuvres de déstabilisation d’où qu’elles viennent.

Ensemble avec le peuple togolais en lutte pour recouvrer sa dignité bafouée par plus d’un demi-siècle d’une dictature implacable et déshumanisante, CAP 2015 poursuivra ses actions de mobilisation, notamment par l’organisation de manifestations publiques sur toute l’étendue du territoire nationale jusqu’à la réalisation des réformes politiques et électorales auxquelles le gouvernement RPT/UNIR s’est engagé.

La lutte populaire est invincible

Fait à Lomé, le 21 mai 2016

Pour CAP 2015

La Présidente

Signé

Brigitte ADJAMAGBO-JOHNSON

  • 2016-06-21-02-manifestation-cap2015-01

    2016-06-21-02-manifestation-cap2015-01

  • 2016-06-21-02-manifestation-cap2015-02

    2016-06-21-02-manifestation-cap2015-02

  • 2016-06-21-02-manifestation-cap2015-03

    2016-06-21-02-manifestation-cap2015-03

  • 2016-06-21-02-manifestation-cap2015-04

    2016-06-21-02-manifestation-cap2015-04

  • 2016-06-21-02-manifestation-cap2015-05

    2016-06-21-02-manifestation-cap2015-05

  • 2016-06-21-02-manifestation-cap2015-06

    2016-06-21-02-manifestation-cap2015-06

  • 2016-06-21-02-manifestation-cap2015-07

    2016-06-21-02-manifestation-cap2015-07

  • 2016-06-21-02-manifestation-cap2015-08

    2016-06-21-02-manifestation-cap2015-08

  • 2016-06-21-02-manifestation-cap2015-09

    2016-06-21-02-manifestation-cap2015-09

  • 2016-06-21-02-manifestation-cap2015-10

    2016-06-21-02-manifestation-cap2015-10

  • 2016-06-21-02-manifestation-cap2015-11

    2016-06-21-02-manifestation-cap2015-11

Autres articles pouvant également vous intéresser: