Togo : De nombreux recalés et des retouches espérées à la liste des candidatures

FacebookTwitterGoogle+

logo-koaci.jpg

Togo : De nombreux recalés et des retouches espérées à la liste des candidatures

 

- Lomé le 26 juin 2013 © koaci.com –La Cour Constitutionnelle a rendu publique le mardi 25 juin 2013, sa décision après examen dit « minutieux » des dossiers de candidatures dans la perspective des élections législatives prévues pour le 21 juillet 2013.

Sur un total de cent quatre-vingt trois (183) dossiers dont cent soixante deux (162) au nom des partis politiques et vingt-et-un ( 21) au titre des groupes de candidats indépendants, la haute Cour a recalé une bonne dizaine pour « de graves manquements relatifs à l’âge des candidats, à la cohérence des mentions sur les actes d’état civil, aux inéligibilités et autres violations de la Constitution et de la Charte des partis politiques ». Au nombre des listes récusées pour incohérence des noms et prénoms sur les actes d’état civil figure celle du Collectif « Sauvons le Togo » dans la Kozah. Une liste que devrait conduire le président du Pacte Socialiste pour la République (PSR) Me Abi Tchessa. « Ce cas peut être réglé par un acte notarié », nous a indiqué un juriste membre du CST.

A ce jour, le CST a été empêché d’organiser des manifestations à Kara, ville d’origine du Chef de l’Etat Faure Gnassingbé.

Pour raison d’âge, les listes du CST ont également été déclarées invalides dans les circonscriptions électorales de Kpendjal et de Dankpen. « C’est avéré, mais c’est une situation qu’on peut corriger », a indiqué le Prof Aimé Gogué. La même raison a amené à l’invalidation de la liste de la Coalition Arc-en-ciel de la circonscription électorale de Tchamba. L’UFC aussi sera absente de la compétition électorale à Dankpen pour la même raison, autant que la CPP. Le parti de Francis Ekon a aussi vu invalider sa liste de la circonscription électorale Lacs – Bas Mono pour incohérence de l’âge. Cette liste avait pour tête de liste, le ministre Nicoué Broomh.

L’examen des listes montre cependant que certaines listes validées par la Cour Constitutionnelle n’ont pas le nombre requis de candidats et suppléants. Le retrait de candidats sur certaines listes pour cause d’âge ne devrait donc pas amener à l’invalidation de listes. Les listes sur lesquelles figurent des personnes détenues dans le cadre de l’affaire des incendies ont été validées par la Cour du président Abdou Assouma.

Curieusement, la liste de UNIR de la circonscription de Blitta sur laquelle figure Dahuku Péré, a été validée alors que ce candidat qui est le président du parti Alliance, n’a pas fait acte de démission de son parti politique. La charte des partis politique interdit à toute personne d’être membre de deux partis politiques à la fois. Par contre la liste d’Alliance à Yoto, a été invalidée pour cause d’inéligibilité. Le parti ayant inscrit sur sa liste, un inspecteur du trésor qui n’a pas fait acte de démission 6 mois avant, comme le prévoit le code électoral.

Le reste des listes invalidées concerne essentiellement des indépendants dont le Front Démocratique Libéral (FDL) dans le Grand Lomé et Agou, la liste « Lumière » de la circonscription électorale de Vo, de même que la liste « Renaissance Vo» et celle du « Cercle des leaders indépendants » de la circonscription électorale Lacs-Bas Mono.

Il est à noter deux retraits de candidature, l’un sur la liste indépendante » Le Mont Blanc » de la circonscription électorale de Doufelgou, et l’autre de la liste Arc-en-ciel de la circonscription électorale d’Assoli.

L’opposition maintient toujours son exigence de voir se tenir un dialogue structuré en vue de la mise en œuvre de réformes minimales avant les élections. La libération des personnes détenues dans l’affaire des incendies, le tenue d’un dialogue, la recomposition de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et ses démembrements ainsi que le report des élections constituent les principales exigences de l’opposition.

Ce mercredi, le président de OBUTS Agbéyomé Kodjo, s’est adressé à la nation. L’ancien Premier ministre a dépeint un tableau redoutable de la situation socio-politique à la veille des élections et appelé à un dialogue en vue de la formation d’un gouvernement de mission avant la tenue des élections. « L’acte de candidature des partis de l’opposition en signifie pas adhésion au processus électoral », a indiqué le président de OBUTS, parti membre du CST.

Aghu

Autres articles pouvant également vous intéresser: